Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 12:55

Sortie : septembre 2011

Label : Subtext

Genre : Drone, Industrial, Noise, Modern Classical

Note : 8,5/10

 

Les inconditionnels du dubstep costaud et du dancefloor connaissent mieux Roly Porter pour son appartenance au duo Vex'd. Fidéles à Planet Mu, Teasdale et Porter ont sorti l'année dernière un Cloud Seed (chronique ici) unanimement salué. De retour à Bristol pour sa maison Subtext, Roly Porter sort son premier album solo quelque temps après celui de Teasdale. Le sublime, hermétique et agoraphobe Demiurge de Emptyset (ici) avait déjà tracé le chemin, espérons que cet Aftertime concrétise tous les espoirs que nous plaçons dans ce label qui se cantonnait jusqu'ici à de sporadiques sorties de maxis.

 

Aftertime est la chronique d'une époque révolue. Celle des raves parties insouciantes et des espoirs placés dans une certaine scène industrielle. Ce chef d'oeuvre abstrait et lacéré semble d'ailleurs illustrer un lendemain de fête, où régnerait un sentiment décharné et de descente. Les cadavres alcooliques et les corps sourds jonchent un sol humide et souillé. Certes, il y a toujours dans ce genre de doom drone une impression consciente d'hibernation contemplative. Mais rares sont les non spécialistes à ne pas tomber dans l'écueil de la branlette. L'exercice est forcément difficile, car ce genre de musiques électroniques ne connaît pas de codes ou de conventions dans sa conception.

Roy Porter aime l'odeur du napalm au petit matin, surtout quand c'est pour en verser sur des plaines obsolètes. Qui ne se croira pas transféré en pleine jungle vietnamienne pendant Tleilax, où un ballet d'hélicoptères agressifs ordonnent à des troupes au sol de défourailler à la kalachdrum. Du feu renaissent les cendre et l'apaisement, comme sur le suivant Kaitain.

Aftertime est également la chronique d'une impression plus sournoise, plus terrifiante. Bienvenue en transit au purgatoire. Chacun attend la lourde sentence divine. L'heure n'est plus aux vaines justifications. L'ambivalence n'est pas ici utilisée comme un gimmick. Si les portes de l'enfer s'ouvrent et se ferment en oscillation, c'est surtout pour illustrer la bipolarité des spectres mais aussi la double issue de nos fins personnelles. Les crins, les compositions classiques modernes et les synthtones se jouent des atmosphères plombantes pour transmettre un soupçon d'humanité, de volupté et de ré-assurance au pénitent qui patiente (Corrin ou Caladan).

 

Intellectualiser ou expliquer l'art sonore abstrait relève de l'inutile, comme en témoigne Ix ou Rossak. Mais pour s'en saisir pleinement, le format mp3 n'est encore une fois pas le plus adapté. Cet album n'est pas fait pour somnoler au fond d'un disque dur. Il se doit d'être placé en évidence dans une disco physique. Le subwoofer le surveillera ainsi du coin de l'oeil, réclamant la lecture d'un Giedi Prime pour se rassasier et gémir enfin. Il y a incontestablement du Ben Frost dans la démarche de Roly Porter. Excusez du peu. Les aficionados de Tim Hecker, Xela ou Fennesz pourraient également trouver leur compte. En attendant ce qui viendra demain...

 

http://2.bp.blogspot.com/-2EhOrtvMgoM/Tn4nRK-59wI/AAAAAAAAFRc/04boUjykDw8/s1600/0001374793_350.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

madfab 04/01/2012 10:08

Une bo de film imaginaire !!! ....En effet,ces "non" chants de la désolation (c'en est presque flippant) sont très visuels. Perso, j'ai pensé (c'est évoqué dans la chronique) à "Apocalypse Now"
(tiens, à faire: mater des passages de ce film avec Roly Porter en fond sonore pour "voir")... Un "disque monde" mystique et déchiré ...Superbe!! ... Merci pour cette découverte que je ne cesse de
découvrir^^ (et difficile d'y trouver une quelconque influence, ce qui rajoute à son caractère unique et anxiogène: on n'avance pas en territoire connu)

Heathcliff 28/09/2011 16:22


Une claque monumentale, un très beau mélange de style. Merci pour la découverte.


Choco 27/09/2011 00:13


Surpris qu'il n'y ai pas une seule allusion à Dune.


Chroniques électroniques 27/09/2011 00:58



Maintenant c'est fait.



funky5 26/09/2011 17:43


waouh,il a la meme note que ravedeath time hecker.....(donc ça doit etre vachement bien)

si jamais c'est en écoute là http://www.factmag.com/2011/09/19/stream-roly-porters-aftertime-in-full/


Chroniques électroniques 27/09/2011 00:58



le streaming, c'est encore plus le mal que le mp3.