Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 13:01

Date : 11 novembre 2010

Lieu : Rex Club (Paris)


Pantha du Prince ?  en live ? au Rex Club ? Impossible de rater ça. Hendrik Weber a apporté dans ses valises le froid humide des Alpes suisses où il a enregistré certains sons de son dernier album, Black Noise (chroniqué ici).

 

Les Grands boulevards sont balayés par le vent et la courte file d'attente avance vite dans la chaleur du club qui se remplit rapidement. Marco Do Santos fait dans le lascif et poussif. Sa techno downtempo patauge au milieu de basses envahissantes. La piste s'anime vraiment avec l'arrivée de Jacques dont la sélection, assez physique, est bien plus entraînante. Il est temps de se chauffer avant que les choses sérieuses commencent...

A 2h30, Pantha du Prince prend possession de son matériel, placé devant la cabine DJ, comme c'est l'habitude pour les lives au Rex. Capuche sur la tête, l'Allemand ressemble à un moine-guerrier venu prêcher la bonne parole musicale. Sa grande mèche se découvre rapidement sur un Abglanz qui vient nous cueillir tout de suite. Son "bruit noir" se décompose, d'un côté, en un duo basse-batterie qui parle au corps, de l'autre, de bizarreries - claquements, craquements, etc. - qui cognent dans les aigus pour s'adresser à l'esprit. Il ne déstabilise toutefois pas le public serré sur la piste de danse par ce mélange totalement maîtrisé. La foule, complètement acquise à sa cause, exprime sa satisfaction lors des rares respirations et fond sous le charme de ce prince qui s'agite aussi derrière ses machines au rythme de ses beats. Satellite Sniper est une magnifique rampe de lancement vers un Lay In A Shimmer toujours aussi magnifique. Sur une sorte de rappel, il se lance dans une version totalement réinventée de Stick To My Side. La voix de Panda Bear hante gracieusement les lieux.

John Tejada ne peut pas lutter contre la classe de l'Allemand. A peine son premier disque lancé, après les chauds remerciements du public pour son prédécesseur, la salle se vide. Un mouvement que nous suivons tant il semble risqué de se polluer les oreilles après 1h30 d'un live de très haut niveau !

 

http://www.panthaduprince.com/img/photos/photo13.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires