Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 16:01

Date : 19/04/12

Lieu : Café de la Danse, Paris

 

Un jour prochain viendra où Matt Elliott sera tête d'affiche. Car une heure est bien trop courte pour un tel concert et que seul le silence peut décemment succéder à sa musique, nous ferons comme tel. Puisque même s'il partage l'affiche avec Mariee Sioux, c'est pour lui seul que l'on est venu. Il avait joué l'année dernière déjà au Café de la Danse, précédant Dark Dark Dark. Et ce pendant 40 petites minutes. Si lui la considère comme une de ses meilleures prestations, elle m'avait semblé passer comme une trainée de poudre. Mais une trainée d'une intensité sans pareil, matérialisant toute la violence magnifique de ses Howling Songs. Après le coup d'éclat ténébreux de The Broken Man (chonique ici), sorti en janvier dernier, l'Anglais originaire de Bristol se livre à une large tournée. A nouveau, direction la Bastille, un an plus tard. 

 

Lorsque Matt s'installe à sa guitare, égrène ses premières notes, le recueillement peut débuter et l'ahurissante capacité absorption de son chant prend toute son ampleur. Libérant sa charge de douleur brute et de splendeur tourmentée, l'ouverture sur Dust, Flesh And Bones ne peut qu'abasourdir. En live, sa méthode est toujours la même, jouer avec douceur le début de ses morceaux, enregistrer les couches une à une, puis jouant de la pédale, superposer et entrelacer ses loops jusqu'à ce que le mille-feuille mélodique obtenu soit d'une puissance à vous engluer sur place. En cela, ses morceaux live rejoignent la démarche et l'évolution folk-noise prégnante à Howling Songs. Mais c'est bien le Broken Man que l'auditoire a en face de lui. Humble et touchant entre deux morceaux, lorsqu'il joue Matt Elliott est possédé, habité par les litanies qu'il vocifère, absorbé par son jeu de guitare et captif des spectres qui semblent vaciller autour de lui lorsque ses cris se mélangent. Sa position recourbée évoquerait presque l'emprisonnement d'un corps, luttant pour se libérer de jougs invisibles. 

 

MattElliott19April12 sj029

 

Lorsqu'il entame The Sinking Ship Song, de violents frissons me parcourent. Cet extrait de The Mess We Made, véritable complainte de marins qui se biturent seuls au fond de la cale et preuve de son obsession pour les navires qui sombrent (il n'y a qu'à voir) compte parmi mes favoris. En live, chaque accord est une écorchure. Matt interprète également The Pain That's Yet To Come, chanson à sa muse, et surprise, se livre à une incroyable reprise du I Put A Spell On You de Screamin' Jay Hawkins, modulant son timbre et faisant tournoyer la phrase devant des yeux et des oreilles prisonniers de ses moindres variations. Contrairement à son live précédent, il injecte à la structure de ses morceaux des bribes de mélodica et de flute à bec ainsi qu'un imprévisible enregistrement de drums. Certains regretterons l'absence de Oh How We Fell ou de This Is For, d'autres (et ils auront raison) cette partie du public qui, n'étant pas venus pour lui, se permet rires et discussions et se déplace en meute. Ce qui se passe sur scène n'est pourtant pas anodin, c'est même beau à crever. Surplombé par un haut mur de pierre sur lequel des lueurs dansent, le musicien parait garder la porte des enfers. Cette heure passée trop vite touche à sa fin. Matt nous régale d'un Also Ran transformé en redite d'un « I will Haunt You In Your Sleep », puis clôture sa prestation par un ardent bourdon noisy. 

 

MattElliott19April12 sj054 B

 

Sa place sur scène est prise par Mariee Sioux. Les instrumentations sont ciselées mais le timbre de la chanteuse de folk semble celui d'une petite fille. Le mielleux et le mièvre n'ont pas leur place après l'électrochoc enténébré qui vient d'être asséné. Nous ne nous attarderons pas.

 

Cet homme dont la chaleur vocale n'a d'égal que la souffrance qui inonde sa musique a secoué ce soir-là un petit bout de Paris. Sa tournée dure jusqu'à juin, on ne saura assez vous recommander d'aller l'applaudir. Quant à la suite, il se pourrait bien que Matt Elliott prépare un nouvel album... pour bientôt. 

 

par Manolito

Crédit photos : Sophie Jarry (voir les autres ici)

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

HJ 27/04/2012 19:29

Nous sommes d'accord, ces concerts sont trop courts et une date en tête d'affiche serait bienvenue. Mais quel plaisir tout de même de l'avoir vu se remettre sur sa guitare pour finir avec Broken
Bones alors qu'il s'apprêtait à partir. Et quel fulgurant contraste l'a opposé à la Mariee Sioux...

Trop court, gâché par quelques oreilles peu réceptives à ce qu'il a pu joué... Malgré ça, il reste capable de nous envoûter à l'aide de quelques accords flamenco et chœurs slaves..

FA 25/04/2012 10:20

Il est des artistes qu’il faut voir, entendre, approcher en live, Matt Elliot est définitivement de ceux-là. L’émotion provoquée par cet immense artiste renaît ensuite à chaque écoute, grandiose
n’est pas exagéré.

Torti 24/04/2012 21:19

C'est assis aussi le café de la danse, en partie du moins (excellente salle d'ailleurs).
En tout cas merci pour la chronique, je m'étais arrêté à "The dark" de the third eye foundation. Ça m'a permis d'écouter howling songs et the broken man, et maintenant je suis dégouté d'avoir loupé
ça. Grandiose.

raph 23/04/2012 10:33

Ouaip, même ressenti pour moi, dans une petite salle bien sympatoche à Grenoble

Nous c'était concert assis: c'est bien parce que ça force un peu les gens à tendre l'oreille plus que d'habitude, ça force un peu le silence quoi; mais moi je préfère vivre cette musique
debout...

Les gens trouvaient ça trop chargé, trop bouclé, d'ailleurs ça partait à chaque fin de morceau...perso je trouve que si tu te laisses prendre dans les premières minutes, ben le reste suit tout seul
:) du petit lait!