Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:27
Date : 10 novembre 2009
Lieu : Zenith de Paris


C'est non sans une certaine appréhension que le concert de Massive Attack se profile. Le groupe tient-il toujours la route ? ce trip-hop vieillit-il bien ? La bande attire toujours autant puisque le concert est sold-out. Le public, éclectique, prend lentement possession de la salle pendant la première partie. Martina Topley Bird se contente d'un concert plutôt cheap en étant seulement accompagné d'un étrange ninja. Malgré un Overcome bien venu et un final musclé sur Too Tough To Die, on reste sur notre faim.

Massive Attack arrive enfin. En choisissant de débuter le concert sur des nouveautés, la bande de Bristol affiche ses intentions. L'inaugural et instrumental Bulletproof Love s'immisce du coté de l'electronica d'Autechre. En enchaînant sur le drogué Hartcliffe Star, on retrouve les basses surpuissantes qui sont la marque de fabrique du groupe. Etonnemment, le son est très bon ce soir au Zénith, pas comme le public qui semble totalement anesthésié. Entre succession de valeurs marchandes et messages dépressifs, les visuels plongent la foule dans une ambiance profondément pessimiste.
Le groupe prend alors la voie du best of en entamant quelques classiques. Risingson fait littéralement trembler la salle avec la voix caverneuse de Daddy G. Teardrop, interprété par Martina Topley Bird, est instrumentalement révisité avec finesse. Les guitares d'Angel se mélangent avec puissance à la voix d'Horace Andy. Le show est carré, rien ne dépasse. On sent que 3D mène sa troupe avec professionalisme. Safe From Harm et Inertia Creeps finissent par provoquer une transe générale, les frissons persistent, les regards sont hagards.
Les deux rappels finissent d'achever Paris. Entre un Unfinished Sympathy apparaissant comme une bouffée d'oxygène et un Karmacoma frontalement viscéral, Massive Attack clôture son concert sous de longues acclamations méritées.

Les inquiétudes n'ont pas eu lieu d'être pendant ces 1h50 sans faille. Massive Attack reste un grand groupe, en permanente remise en question sonore. En ayant toujours su rester en phase avec son époque, ce groupe reste indémodable. Un concert de Massive Attack c'est davantage une parenthèse introspective qu'une fête. On en ressort fébrile.


par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

mutuelle jeune 26/11/2009 10:34


humm je connais pas....


Neral 11/11/2009 15:26


La premiere partie a commencé a quelle heure ? parce que sur le site de Martina Topley Bird, c'est marqué 18 heures... (Alors que sur mon billet le début du show est a 19h30..)


Chroniques électroniques 11/11/2009 18:20


Martina Topley Bird a commencé vers 19h45 pour finir à 20h30.
Massive Attack a débuté à 21h10 pour finir vers 23h.


Krust 11/11/2009 12:35


Vivement Lyon lundi! :o)


Emma 11/11/2009 12:32


Pfiou, ça met l'eau à la bouche cette petite review ! Vivement dimanche soir...