Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 12:15

Date : 27 mars 2010

Lieu : Mannheim (Allemagne)


Le Time Warp traîne derrière lui un double fantasme : une programmation techno toujours irréprochable pour un marathon physique sans commune mesure. Cela est vrai mais se révèle n'être que la face visible de l’iceberg tant cette édition 2010 va exploser les barrières pour propulser le public dans une déformation du temps sans retour, piloté par les maîtres d’une techno aussi puissante que racée.

Pourtant sur le papier, Mannheim ne fait pas rêver. Ville industrielle, austère et grise, il n’y a pas lieu de s’y attarder. Il est 22h, je suis prêt à en découdre. Un rapide tour d’horizon s’impose pour mieux prendre la mesure du site qui sera bientôt gonflé de 20.000 clubbers (une fois de plus, le festival affiche complet). L’allée centrale permet aux festivaliers de s’éparpiller dans les 5 floors du lieu. L’organisation est sans faille, on fait très rarement la queue aux divers stands, un système de casiers permet de ranger ses affaires et on circule facilement d’une salle à une autre.

http://img509.imageshack.us/img509/6908/timewarp2010.jpg

Il est désormais temps de concrétiser mes errances en me figeant devant les DJ. 22h30, les Turntablerocker jouent l’efficacité avec une techno rentre-dedans plutôt efficace. Je ne m’éternise pas car pour un warm-up c’est trop violent. 23h30, Dixon a pris possession du floor 5, un mini club de 1.000 personnes tout en podiums et ouvert sur le ciel. Fidèle à lui-même, il construit un mix deep-house inspiré. Mais ce coup-ci, c’est trop mou par rapport à mes attentes. Autant se rendre dans l’antre du Time Warp, l’énorme hangar accueillant les deux premières salles. Malgré la promiscuité des 2 floors, jamais les acoustiques parfaites ne se télescoperont. Nous choisissons de fendre la foule pour se positionner aux pieds de Monika Kruse. Il est minuit, le festival commence enfin. Monika balance un set techno imparable malgré son côté lancinant. Les semelles commencent à chauffer, on sent que la nuit ne fait que commencer.

3h30, Ricardo Villalobos est attendu comme le messie. Un simple geste de la main et le public exulte. C’est dingue comme le Chilien peut soulever autant les foules alors qu’il n’a même pas commencé. Ricardo ne va pas déroger à son talent d’hypnotiseur house avec un set flirtant la perfection. Sa façon de mixer, toujours de profil, allier à son irréprochable fluidité technique emportent l’adhésion. Je m’éclipse cependant de temps en temps pour écouter ce que proposent les autres salles. Sur le floor 1, Chris Liebing ne fait pas dans la dentelle avec une techno qui ramone les cerveaux, pendant que sur le floor 2 le local de l’étape, Sven Väth, dynamite le public avec une techno plus trancey mais un poil trop linéaire.

P280310 13.16

Il est 6h quand un premier coup de fatigue se fait sentir. Et c’est là que le festival fait fort, en proposant un grand espace chill-out où l’on peut s’allonger sur la moquette bien au chaud. Cerise sur le gâteau, Matthew Hawtin est aux platines de 19h à 13h. Pendant 1h, ma tête prendra congé aux sons de Jon Hopkins, Ametsub ou Asura. Quel pied ! Après cet interlude, je comprends définitivement le principe du festival. Il est 7h, nous n’en sommes qu’à la moitié. La déformation du temps peut vraiment commencer alors que le jour s’est imposé et que les esprits se liquéfient.

La salle 2 est blindée, il est difficile de s’y faire une place mais il est pourtant hors de question de manquer la tête d’affiche de la soirée : Plastikman. De retour au live après de trop longues années d’absences, Richie Hawtin ne va pas nous décevoir. De 8h à 10h, il va construire un live d’une technicité impressionnante. Aux confins de la techno mentale et de l’IDM, Plastikman joue avec nos neurones sur des thèmes raves 90’s et sur des rythmiques abstract à faire pâlir de jalousie un DJ Krush. Hawtin est planqué derrière un écran de LED semi-circulaire imposant un visuel captivant. Ces 2h seront tout simplement magistrale.

10h, direction le floor 5 pour la fin du set de Laurent Garnier. Sous la coupole, il fait grand jour et le public reste totalement réceptif. Laurent Garnier est toujours aussi communicatif avec ses fans. L’échange est réel et le boss nous gratifie d’un Crispy Bacon renversant et collant le sourire à tout le monde. Je file ensuite écouter le roi d’Ibiza, Loco Dice. Plus on avance vers les platines, plus les corps se dénudent. Loco Dice tape dans une tech-house imparable à cette heure-ci et réussi à faire surgir le soleil dans le floor 3. Mais le physique commence à en pâtir, une petite pause au chill-out s’impose. Sur un son de plus en plus deep, mes jambes se prélassent avant le coup de grâce. On soulève ici un des points importants du Time Warp : l’implication physique. Ce festival est un marathon d’une rare violence demandant une vraie préparation mais la récompense est là et c’est quand on amène son corps dans ses derniers retranchements qu’on commence à saisir définitivement le principe du festival.

Il est midi sur le floor 3 et Magda ramasse les clubbers à la petite cuillère avec sa techno mentale tout en douceur. Au Time Warp, l’apothéose est toujours pour le finish. Sur le floor 2, Ricardo Villalobos, Loco Dice et Marco Carola se partagent les platines. Sur le papier ça fait rêver, non ? Et bien dites-vous qu’en vrai, ce fut bien plus que ça. Tout simplement la perfection absolue au son d’une tech-house souvent deep et minimal, complètement hypnotique pour un set d’une limpidité exemplaire. Et quand Richie Hawtin, Laurent Garnier, Sven Väth et Dubfire rejoignent le groupe, on se dit qu’on ne pourra plus jamais voir un tel parterre de maîtres devant soit. Il a beau être 14h, le public est toujours présent et les corps chaloupent. C’est le moment choisi pour définitivement m’éclipser et quitter le festival avec un sourire figé.

  P280310_10.00.jpg

Le Time Warp est bien plus qu’un simple festival techno : c’est tout simplement le nirvana pour tout amateur du genre ! Si c’était seulement la prog qui faisait la différence, ce festival serait déjà dans le peloton mais c’est surtout sa parfaite ambiance et cette communion avec les DJ qui permet de prendre conscience qu’on vit un moment à part, définitivement hors du temps. Les DJ qui jouent au Time Warp ne sont pas des mercenaires, ici les sets dépassent facilement les 4h et ils n’hésitent pas à rester pour jouer ensuite avec les autres. Il en ressort une sorte de respect mutuel impalpable qui finit par faire du Time Warp, le festival techno incontournable chaque année.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

Chroniques électroniques 30/03/2010 19:07


Cadeau bonus.

Les 45 premières minutes du live de Plastikman :
http://soundcloud.com/nightclubber-ro/richie-hawtin-aka-plastikman-live-pa-time-warp-mannheim-27-03-2010


B2B


Léa 29/03/2010 23:47


hey, je suis votre/ton blog depuis un petit moment, c'est un plaisir de découvrir pas mal de petites perles et ce toujours très agréable à lire ..
J'ai aimé lire ton post sur la timewarp, j'y étais, première fois d'ailleurs, mon corps, mon coeur, mon âme y sont restés; on ne sort pas indemne de cette expérience de quelques 18 heures de trans'
et de musique entrainante ...
Je voudrais souligner à nouveau la performance de Hawtin sous son alter ego plastikman. Live tant attendu par tous les amateurs, première fois pour les plus jeunes dont je fais partie et quelle
surprise ... J'ai été subjuguée, transportée pendant deux heures . Un show unique, spécial, froid, profond, conceptuel à mort, dense, très lours, des bassline de fou, à peine dansable mais juste
parfait à 8 heure du mat', finalement en after mais ce n'est que le début de la fin. Meilleur moment du festival selon moi, un visuel de fou, un spectacle unique en son genre, un truc à voir dans
sa vie, vous n'en sortez pas indemne...
Etant parisienne, j'attend la seule date de plastik en france avec une impatience grandissante, la we love du 8 mai qui va être une soirée énorme et riche en émotions ...
Pour le reste de la Time, je trouve que magda a surpassé les attentes, une grosse tuerie, un set magique et tellement puissant ..
Ricardo et ses potos loco&marco, toujours au top, ricardo vraiment en forme après la déception d'il y a quelques dimanches, au rex club (où il s'était bien gratté) ...


Chroniques électroniques 30/03/2010 12:02


Déjà merci.

Oh que oui, je crois que je ne m'en remettrai jamais de ce Time Warp. C'était tellement impressionnant, tellement prenant, tellement physique,...

Et vivement la date de Plastikman à Paris. Le revoir dans des conditions moins extrèmes va permettre de réévaluer le concert.

B2B.