Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 12:04

Date : 8 mai 2010

Lieu : Bataclan (Paris)


La file s'étend à n'en plus finir le long du boulevard Voltaire. A peine le temps d'entendre la fin du concert de YACHT que les lumières se rallument. L'heure de la dernière tournée a sonné pour LCD Soudsystem qui avait annoncé dès sa création un terme après le troisième album. Ils nous auront fait danser avec leur rock-électro qui doit autant au punk, qu'à la disco, à Daft Punk qu'à Kraftwerk. Ce beau diable de James Murphy s'est dépensé sans compter pour faire vivre ce groupe atypique et familier, qui parle intelligemment à la tête et aux jambes. L'heure du troisième album a sonné (chroniqué ici), l'heure de la dernière tournée aussi ?

 

Et quand le boss de DFA paie sa tournée, elle est générale. Le public est déjà bouillant dès le Us vs Them inaugural. King James, MVP dans nos coeurs, va nous entraîner dans un concert brûlant. Tout le monde sent que ce soir le Bataclan va suer jusque dans ses fondations. Les New yorkais expédient tout de suite le dernier single, Drunk Girls, pour offrir un best of efficace de leurs titres. Les morceaux du dernier album, tout comme Yr City's A Sucker, passeront toutefois un poil moins bien que le reste. Car avec des bombes comme Daft Punk Is Playing At My House, Get Innocuous ou Tribulations, la salle s'enflamme directement. L'efficacité de LCD est toujours aussi impressionnante alors même que leurs titres ont une forme assez répétitive. Cette répétition est une force, et les montées qu'ils produisent parlent au corps et le font danser encore et encore. La foule remue, se défoule de plus en plus, la température dépasse les 50°, le public est en nage.

C'est en concert que l'on s'aperçoit du côté imparable de l'album Sound Of Silver. Extraits de ce dernier, Someone Great ou All My Friends offrent par exemple de beaux moments de communion et de déchaînement. Tout le monde est en transe, même James Murphy qui met toujours autant d'énergie et de foi en serrant son micro entre ses mains. A chaque fois qu'il chante, cela semble être la dernière. Il porte ce groupe aux personnalités multiples : La petite Nancy Wang tout en sobriété aux machines, l'impressionnant batteur Pat Mahoney intelligemment situé à l'avant de la scène et l'éclectique reste de la bande. Ensemble, il font monter la pression de plus en plus haut avec une énergie débordante. L'envie d'exploser monte peu à peu et c'est en touchant le punk avec Movement que chacun peut enfin tout lâcher, sauter, gueuler et pousser son voisin. Libératoire ! Le groupe sait qu'il nous a dans sa poche. Il se lance alors dans 10 minutes d'un Yeah jouissif qui finit par figer notre sourire. Fin du premier acte.

Il est temps de nous achever... en trois titres. Losing My Edge sera un exutoire. Un dernier coup d'éclat avant de se tourner vers un peu de douceur. New York déprime toujours autant James Murphy. Mais pourtant il aime cette ville et le chante. Il termine en reprenant le refrain d'Empire State Of Mind de Jay-Z en choeur avec le groupe pour achever cette heure quarante de bonheur musical jubilatoire.

 

Ce soir la Bataclan a failli s'écrouler. On aura tous perdu 10 kg dans ce concert imparable. La déflagration jouissive offerte par LCD Soundsystem aura en toute humilité confirmé le fait que sur scène, ce groupe reste sans aucun doute un des plus fédérateurs et dansants au monde.

LCD.JPG

par Tahiti Raph et B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

Benjamin F 10/05/2010 13:31


A défaut d'avoir sorti un nouvel album excitant, on est content d'apprendre que James Murphy reste toujours le maître sur scène :)