Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 19:27

Date : 26 juin 2010

Lieu : Cabaret sauvage (Paris)

 

Hier le Cabaret sauvage a ouvert ses portes au label Jarring Effects, conviant ainsi Brain DamageR;ZatzBen SharpaUnder Kontrol et L’Oœuf Raide. Un plateau engageant qui pousse à se remuer jusqu’aux tréfonds du parc de la Villette.

 

La soirée a lieu dans le cadre du Festival Copacabaret, et débutait par la diffusion des (groumpf de) huitièmes de finales de la coupe du monde. La faute au foot, les concerts commencent donc tard. On arrivera sur les lieux aux alentours 12h30, loupant la mystérieuse R;Zatz, mais à temps pour voir Under Kontrol monter sur scène. En cet instant de transition, le chapiteau du Cabaret est spectaculairement vide. Ces quatre beatboxers n’emploient ni machines ni instruments, et dressent des pièces rythmées et plutôt saisissantes. En revanche, la mise en scène, qui prend des airs de chorégraphie bien rodée, manque cruellement de spontanéité. Au final une mise en bouche qui s’apprécie aussi bien autour d’une bonne bière sur la terrasse. Avec l’arrivée de Brain Damage, la salle circulaire du Cabaret se remplie, et le public se presse devant la scène pour accueillir les deux Stéphanois. Enfumée et constamment sous tension, leur prestation sera des plus impressionnantes. Leur dub raide prend en live des allures hybrides et industrielles. Le bassiste chevelu Raphaël Talis écorche de ses riffs les beats sombres émanés des machines de l’ingénieur du son Martin Nathan, et la foule trépigne, entrant peu à peu dans une sorte de transe individuelle et hypnotique. Sous les bondissements du duo, le chapiteau s’emplie de vapeurs opiacées, les beats saignent, on en ressort secoué.

 

Le temps d’une pause et c’est au tour du rappeur Sud-africain Ben Sharpa de prendre le micro. Mais en regagnant l’intérieur, surprise, l’auditoire s’est vidé de ses rangs. Kgotso Semala fait face à une salle honteusement clairsemée, ce qui ne l’empêchera pas de se défoncer et de débiter son rap assassin avec hargne. Les beats lourds et lancinants sont teintés de résonances digitales et traversés d’éclairs synthétiques. Le rappeur donne tout et son grime obsédant tranche dans le vif. Mais les enthousiastes se comptent sur les doigts d’une main. Pour l’avoir vu en Suisse devant une salle pleine à craquer, je ressors dégoûtée de ce public frileux et mou. Oreilles et jambes ont malgré tout bien pris, l’heure est au retour, on laisse L’Oeuf Raide aux quelques pelés et tondus qui restent.

Constat mitigé donc pour cette JFX Night. Les performances de Brain Damage et Ben Sharpa valaient définitivement leur pesant en cacahuètes mais la dégradation de l’ambiance et l’auditoire étriqué laissent une impression un peu amère. Le tout est de se dire que l’on vient pour la musique.

 

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

YyrkoOn 30/06/2010 05:09


Je suis surpris par l'acceuil réservé a Ben Sherpa, pour l'avoir vu plusieurs fois cet hivers, il est capable de tenir un auditoire. Je suis aussi de ton avis sur Under Kontrol, ca ressemble trop a
de la demonstration pour etre interressant.


Pietro 29/06/2010 15:44


Pas de Martin "Lucas" dans Brain Damage, ce "grand" monsieur s'appel Martin Nathan. Leur dernier album m'a complètement scotché et en live ça poutre des maman ours. Pas encore vu leur dernier set,
mais l'année dernière c'était une tuerie en live.


Chroniques électroniques 29/06/2010 18:40



Oups coquille. C'est corrigé.