Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 11:18

Sortie : 14 juin 2010

Label : Cadenza

 

Bien qu’officiant derrière ses platines depuis qu’il est ado, bien que jouant dans les plus grands clubs du monde depuis des lustres, bien qu’étant reconnu par ses pairs depuis des années, l’Allemand Frank Heinrich n’a jamais pris le temps de sortir un long format. Sans doute trop pris par sa carrière de DJ, celui qu’on connaît davantage sous le pseudo de Reboot a préféré mettre de côté ses ambitions artistiques pour mieux se focaliser sur ses sets tech-house. Facile quand on vient de Francfort et qu’on traine dans l’entourage du pape local, Sven Väth. Mais c’est surtout à Luciano qu’il doit son envol. Reboot signe donc son premier album, Shunyata, sur le label du Chilien, Cadenza.

Reboot a toujours mis en avant ses influences latines dans ses productions house. Sans surprise, Shunyata sonne donc très Cadenza. Malheureusement, cet album tombe trop rapidement à plat. Ressemblant davantage à une collection de maxis qu’à un véritable voyage, Reboot perd l’auditeur en route. Avec 10 tracks seulement en 80 minutes, il a une fâcheuse tendance à trop étirer ses morceaux. C’est franchement emmerdant étant donné l’aspect résolument minimal de l’ensemble. On se fait donc chier la plupart du temps par manque de relief. Il faut ainsi attendre pas loin de 6 minutes pour qu’enfin une légère évolution puisse se faire sentir sur We Only Just pendant qu’on erre en pleine mer d’huile sur le soporifique Down Pantha.

Pourtant, il est difficile de remettre en cause le travail de la matrice sonore opéré par Reboot. Shunyata n’est pas un album de mercenaire et relève davantage de l’œuvre d’un perfectionniste. On se laisse ainsi prendre par la house minimal, sans aucune mélodie, de Me Show qui arrive à maintenir l’attention par de multiples sonorités variant finement. La house groovy et jazzy d’Hermano, directement issue de l’héritage de la scène chicagoane, sort aussi son épingle du jeu. Mais ça reste bien maigre au regard du reste de l’album.

Les fans de house minimal lancinante trouveront sans nul doute leur compte dans cet album pendant que les autres se contenteront de picorer avec parcimonie dans ce Shunyata bien trop linéaire. Reboot signe un album que l’on peut difficilement critiquer dans sa totalité, mais trop hermétique pour se révéler indispensable.

 

http://www.wordandsound.de/media/pic/64512.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires