Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 10:41

Sortie : 5 octobre 2010

Label : Macro Germany

Genre : Deep-techno

Note : 5/10

 

L’Anglais Oliver Ho traîne ses guêtres dans le milieu techno depuis une quinzaine d’années. On connaît surtout le bonhomme pour sa techno puissante, beaucoup moins pour ses travaux sous le pseudo de Raudive.

Un pseudo qui à lui seul résume l’état d’esprit du bonhomme. Raudive était un intellectuel lituanien s’intéressant de près au phénomène de voix électronique. L’EVP consistant à rechercher dans un enregistrement audio toute trace d’un message linguistique. La frontière avec le paranormal est tenace et laisse ces chercheurs dans un domaine s’approchant davantage du rêve que du réel.

Raudive, l’avatar a de quoi provoquer l’imagination, d’autant que Chamber Music est son premier album. Et pourtant, le résultat est trop bancal pour se révéler totalement captivant. Il y a bien cette idée de jouer avec nos sens en saupoudrant sa deep-techno d’une bonne pincée d’instrumentations acoustiques. D’autant plus que ces instrumentations font la part belle à une expérimentation contemporaine des plus intrigantes. Parfois, la sauce prend comme sur Paper, deep-house lancinante transpercée par des cordes déchirées, créant une étrange ambiance orientale. Le spectral morceau d’ouverture, Is It Dark In Here, réussit à provoquer l’hypnose par le biais d’une basse molletonnée et de chœurs dissonants pendant que Brittle l’a joue bien plus efficace en proposant sur 12 minutes une lente montée progressive, portée par une fine tabla, faisant durer les préliminaires avant de lâcher un beat percussif provoquant la transe. Malheureusement, la fin de l’album s’égare et flirte de trop près avec l’ennui. A croire que les rêveries de Raudive ne sont pas faites pour s’étaler dans le temps.

Chamber Music demeure une proposition intrigante, un album de deep-techno se révélant séduisant dans son ouverture contemporaine mais souvent trop lancinant pour laisser une impression durable.

 

http://cdn.images.juno.co.uk/full/CS1629222-02A-BIG.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires