Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 17:48

Sortie : janvier 2011

Label : Oeuvre Records

Genre : Hybride et chanson populaire

Note : 7,5/10

 

Raoul Sinier est un musicien, graphiste et vidéaste parisien qui aime le malt et le houblon. Artiste zébulon et inclassable, on retient surtout de lui ses albums Brain Kitchen et Tremens Industry (tous deux sortis chez Ad Noiseam) même si Wxfdswxc2, sorti sous son autre avatar Ra, vaut lui aussi son pesant de cacahuètes. Ses talents de vidéaste et de designer graphique ne sont plus à prouver. Les derniers récalcitrants qui en douteraient sont vivement invités à fouiller un peu son site officiel et les plate-formes vidéos habituelles dont on ne fera pas la pub ici. Brouiller les codes et les sentiers où on l'attend semble être pour lui une sinécure. La rumeur dit qu'il pousse la chansonnette sur ce format court, sorti en janvier sur un label aussi étrange (Oeuvre Records) qu'adapté à une nouvelle preuve de la folie créative du Sieur Sinier. Précisons que l'artwork est entièrement réalisé par lui-même.

 

Ça commence par un Cymbal Rush qui rappelle volontairement un titre issu de The Eraser de Thom Yorke. Normal me direz vous, c'est une reprise plus qu'assumée. Le Thom ne la jetterait d'ailleurs pas aux orties tant elle est originale et bien conçue. Ce que le hip-hop avait dramatiquement renoncé à explorer en matière de rythmique et de sampling, Sinier l'aiguise dans un shaker. En résulte un hybride de post-rock nébuleux et d'électronica en mutation vers l'inconnu. Et même au niveau de la voix, même si elle ne retransmet pas forcément les mêmes émotions que ce rouquin de Thom, le résultat est loin d'être ridicule. Plus que bluffant, ce titre va squatter la platine pendant un bon moment pour en saisir plus précisément les cadavres exquis. La voix est encore là mais plus au second plan sur Ants War, haché au scalpel du meilleur breakbeat. Qu'on ne me dise pas qu'il n'y a pas quelque chose de définitivement hip-hop là aussi dans l'approche rythmique. Il y a souvent chez le Raoul un aspect ascencionnel vers l'inattendu assez séduisant. C'est le cas ici même si le choix des claviers utilisés est parfois déroutant. Mais n'est-ce pas ce qu'on attend d'un artiste atypique ? Dérouter. La confirmation s'invite sur l'époustouflant Strange Teeth And Black Nails, comparable à un jeu de félin qui retournerait sa proie dans tous les coins de la pièce avant de lui porter l'estocade au moment le plus inattendu. Car même si c'est une chanson, le mec ne fait pas dans l'easy listening. Y a là un sillon artistique tout sauf figé ou définitif qui laisse difficilement place à la critique. Les plus ouverts et les plus intelligents parleront juste d'incompréhension et ce sera tout à leur honneur, car critiquer ce qu'on ne comprend pas (c'est souvent le cas dans l'art) est une gageure ultime. Il y a aussi des fois où il est rassurant de ne pas tout comprendre. Non, non je ne remets pas le coup du choix des synthés sur le tapis, j'accepte de ne pas comprendre. Étrangement, Hidden Tremens Industry se révèle pour moi comme le morceau le plus anecdotique et le moins abouti (tout est relatif) par rapport aux autres titres. Comme souvent, les mots vont me manquer pour parler du travail de Hecq, qui apporte une relecture enfumée, tribale, méconnaissable et apocalyptique de Black Teeth & Black Nails. Pouah pouah pouah.

 

Ce format court est sans doute l'oeuvre la moins bordélique mais paradoxalement la plus anarchique de ses réalisations. Permettons nous de souhaiter que l'album à venir (sur Ad Noiseam ?) soit taillé dans la même veine et qu'il ne renonce pas au chant. Car quoi que fasse ce type on est tenté de le suivre, même dans le burlesque bordel. On lui souhaite en attendant que la bière l'affectionne autant qu'il l'aime car l'orge semble faire du bien à son cortex.

 

http://www.raoulsinier.com/artwork/2010/cymbalrush.jpg

    par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Neska 10/02/2011 14:49


Yop,
et une petite interview sur ce Cymbal Rush par ici pour ceux que ca intéresse :)
http://adiktblog.blogspot.com/2010/09/raoul-sinier-cymbal-rush-strange-teeth.html


Choco 06/02/2011 19:35


Superbe en tout cas la réinterprétation de la pochette de The Eraser.