Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 00:48

Sortie : avril 2009

Label : Hessle Audio

 

Voilà plusieurs fois en peu de temps que des disques sortis  de la maison Hessle Audio trouvent leur place dans nos lignes – celui notamment de Pangaea (ici) et le très bon James Blake (ici). Ramadanman en est le co-fondateur, ainsi qu’une figure hautement estimable en dubstep.  Auteur d’un bon nombre de maxis depuis 2006, et de plusieurs tueries - au hasard Sous Le Sable avec Applebim -, il livre enfin un EP solide.

Et Rama ne fait pas dans la facilité, on pourrait en effet difficilement qualifier ces cinq titres d’accessibles, tant au niveau des rythmiques que des sonorités, tout semble être fait pour brouiller les sens et embrumer le cerveau. Il y a constamment un contretemps  pour vous cueillir là où vous ne l’attendiez pas. La qualité de la production et du travail sur les strates et les textures est manifeste. Des nappes salutaires caressent par moment les syncopes de percussions, qui prennent souvent des accents tribaux.

Certains titres cependant (Trumble, A Couple More Years) peinent à convaincre, la faute, entre autre, à quelques désagréables bleeps. Et bizarrement, sans pouvoir formuler de reproche précis, il m’est difficile d’adhérer complètement à cet EP déroutant. Malgré tout un espoir, le premier morceau, I Beg You, qui frise l’excellence. Des phrases du Petit Prince de Saint Exupéry accueillent des premières pulsations d’un 2-step moite en guise d’introduction, avant que d’exquises notes de synthétiseur viennent lécher les roulements de percussions chamaniques.

Un peu comme celui de Pangaea d'ailleurs, cet EP de Ramadanman ne manque pas d’intérêt, mais ça n'est pas suffisant. Le pari est fait que certains resteront de marbre.

 

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires