Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 18:11

Sortie : février 2011

Label : autoproduit

Genre : Rock Indé

Note : 4,5/10

 

Outre le fait de vouloir battre un record de connexions venues des sphères indés, pourquoi diable Chroniques électroniques pourrait bien publier une missive à propos du dernier album de  Radiohead ? Peut-être parce qu'ils utilisent des softwares et que l'électronique prend de plus en plus de place dans leurs réalisations depuis Kid A. Non, même pas. Ah Radiohead... ce groupe qu'on aime tellement adorer ou détester. Avant tout parce que nul n'aurait parier sur une telle trajectoire. Comment Pablo Honey et The Bends, modèles types de pop adulée sainte et de rock adolescent, avaient bien pu générer ce qui deviendra un gigantesque succès critique et commercial : OK Computer. Grâce à ce dernier, toute une génération de jeunes se souvient de la (trop) furtive perte de son pucelage lors des premières notes de Karma Police. Oubliant presque quelles réussites furent Paranoid Android, Electioneering ou No Surprises. Vinrent ensuite les chefs d'oeuvres Kid A et Amnesiac, diptyque expérimental entièrement réalisé avec l'aide des ordinateurs qui permit à beaucoup de gens de s'ouvrir à de nouveaux horizons musicaux. Encore aujourd'hui, Idioteque, The National Anthem, Everything In Its Right Place ou Like Spinning Plates demeurent des chefs d'oeuvre et ne semblent pas souffrir d'une quelconque érosion. Hail To The Thief, sorti dans un contexte politico-écologico-social plus que propice, réconcilia dans leur grande majorité les fans de la première heure et ceux qui avaient découvert le groupe grâce au diptyque cité plus haut. 2+2=5, Where I End And You Begin et There There sont malheureusement les dernières grandes chansons du groupe. Car le bleepien 15 Steps, le tubesque Jigsaw Falling Into Place et Bodysnatchers (titre où la guitare d'Ed O'Brien se rappelle à notre bon mais plus que lointain souvenir) sont tout ce qu'il y a à retenir du sirupeux et terriblement trop mainstream In Rainbows. Il n'y a donc plus que les fans intégristes et les "haters" patentés du groupe pour béatifier ou descendre en flèche ce nouveau disque, The King Of Limbs, sorti un jour plus tôt que la sortie officielle, annoncée elle-même il y a moins de dix jours, parce que les gens qui dirigent les labels et l'industrie du disque en général sont des méchants pas beaux.

 

Pour apprécier The King Of Limbs à sa juste valeur, il faut faire partie de ceux qui ont toujours supporté que Thom Yorke chiale sa mère, et cela pas seulement parce qu'il est roux. Il faut aussi aimer les ballades mièvres au piano, les faces B mal branlées d'In Rainbows et les roucoulements aigus d'un éternel enfant qui n'est jamais complètement sorti de son autisme. La stupeur et l'angoisse m'atteignent au moment où j'écris ces nobles lignes. Mon introduction va-t-elle être plus longue que mon exposé du contenu ? The King Of Limbs est tellement plat, tellement mièvre et si incohérent dans sa conception qu'il est difficile d'en ressortir quelque chose, si ce n'est un écrasant sentiment d'indifférence. La théorie de la nécessité des nombreuses écoutes pour saisir toute la substance est ici caduque, voire inutile. Pourtant, l'ouverture sur Bloom laissait présager du meilleur. Jouant sur les échos, la répétition d'une rythmique jazz de batterie et les enveloppes oniriques et enivrantes des claviers, ce joyeux bordel sonore associé à la subtile (oui, des fois) complainte de Yorke a tout d'une réussite et pourrait se révéler bluffante en live. Tiens, une gratte apparaît sur Morning Mr Magpie et c'est tout ce qu'on retiendra en plus des vives mais trop gentilles prières du rouquin, demandant à celui qui a tout pris de tout rendre. On va essayer d'oublier au plus vite Little By Little, où les cordes souhaiteraient bien être nâtives de Bayou La Batre mais résonnent trop semblablement comme les pires d'In Rainbows. Quelque chose de divinement bleepien s'introduit dès les premières mesures de Feral, la rythmique est tout de suite plus aboutie. La voix, spectralement mise en avant, se joue de l'auditeur avec ses fausses pistes et ses intrigues de cathédrale. La basse assomme et enrobe ce cadavre exquis, qui se révèle comme le morceau le plus riche et le plus élaboré de l'album. Sur la blogosphère pullule déjà une supposée influence de Burial pour ce morceau. Comme si dès qu'on utilise les voix de manière fantomatique et qu'on les associe à une rythmique syncopée, il fallait qualifier ça de Burialien... bref passons. Lotus Flower, premier clip balancé sur Youtube (où Yorke se dandine comme un ver de terre sous lexomil), épuise autant qu'il agace, mais pas autant que les profondément ennuyeux, gémiards et ratés Codex et Give Up The Ghost. Nous y voilà, le fameux moment des ballades pour fans de Coldplay (le talent en plus) dans le déni, preuve qui atteste plus que jamais de la bonoification de Thom et de sa troupe. "Allez les gars, maintenant on va faire pleurer les stades !!!!". Penchons nous maintenant sur le titre Separator, celui qui pourrait laisser penser que cet album n'a pas encore livré sa version intégrale. Il y a là encore cette intéressante utilisation des drums (c'est assez omniprésent dans l'album, ça, il faut l'avouer) et aussi une ligne de basse qui aurait dû jouir de l'aide d'une meilleure évolution mélodique et de surtout... moins de pleurs et de gémissements. On me répondra légitimement que les pleurs aigus et les gémissements de Yorke ne datent pas d'hier, mais jusque là les capacités et l'investissement vocal était au rendez-vous, ce qui permettait de faire passer les suppos plus facilement.

 

Pour bien appréhender ce nouvel album, il faut avant tout prendre du recul vis à vis de sa passion dévorante ou de sa répulsion profonde envers le groupe. Et donc objectivement admettre que Radiohead n'est ici plus que l'ombre de ce qu'il fut. Même les plus beaux diamants subissent les cruels mais logiques outrages du temps. The King Of Limbs est un disque anecdotique qui ne peut laisser qu'indifférent. Et cela même si je l'avoue, l'objectivité est souvent dans mes lignes accompagnée d'une forte dose de mauvaise foi et d'absence de compromis.

 

http://blog.rocktrotteur.com/wp-content/uploads/2011/02/the-king-of-limbs-radiohead-460x460.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Hero 08/11/2012 22:50

En ce qui me concerne TKOL m'a hérissé les poils (pubiens également) lors de sa sortie, malgré le fait que ce soit le groupe que j'écoute matin midi et soir depuis dix ans. Je suis plus qu'un
fanatique. Je sauvais "Bloom", même si je préfèrais la version Live de From The Basement, "Little by Little" mais sans plus, "Lotus Flower" m'avait lassé avec le temps, "Codex" sortait de ce lot de
chansons "moyennes"... Les écoutes répétées n'y ont rien changé, mais vraiment rien-du-tout... jusqu'à récemment, un mois à tout casser je dirais, où j'ai tenté une énième écoute sans conviction
aucune, tout au plus pour me passer Bloom et Codex, puis j'ai laissé l'album tourné deux ou trois fois et là, sans comprendre pour quelle(s) raisons(), j'ai apprécié cet album, dans son
intégralité. Allez savoir pourquoi. Non pas qu'il m'est paru plus hermétique ou plus complexe que les précédents à mes yeux... enfin mes oreilles, au contraire même, mais disons que je le perçois
comme étant un tout. Voilà mon avis.

Par contre je ne suis pas d'accord avec les avis lus ci et là, cherchant à expliquer que cet album serait plus ardu à appréhender que les précédents, selon moi c'est faux. Il est (pour moi) aride,
carré, certes, mais pas "trop barré" comme j'ai pu le lire ailleurs.

Nowax 16/12/2011 10:25

Perso, je garde mes deux mains bien au fond des poches!!!
J' ai passé de longues et agréables heures en compagnie de Kid A, Amnésiac et Hail To The Thief, mais là...

pat 19/07/2011 14:13


c'est incroyable l'intégrisme que déclenche ce groupe. Bon maintenant le temps a passé. Qui peut me dire sans mentir qu'il écoute encore ce navet 6 mois plus tard ?
1, 2... .. 3 mains levées au fond ?? c'est tout ? ben oui c'est tout.


Chroniques électroniques 20/07/2011 17:31



Je fais partie des trois...


Raph



Alex 03/03/2011 15:18


Ahh les goûts et les couleurs...

C'est quand même incroyable qu'a chaque fois qu'une critique est négative, les gens le prennent (et attaquent) personnellement, avec sans cesse les mêmes arguments "tu n'as rien compris" ""Tu
critique le groupe, pas le disque" "Tu n'as qu'a faire un album si t'es si malin".

On a le droit de n'être pas d'accord, mais un minimum d'humour et de recul est accepté!

Ce serait intéressant de savoir l'âge du chroniqueur, j'ai 25 ans et radiohead m'a accompagné durant mon adolescence, je les ai vénéré jusqu'a hail to the thief.

Après j'ai trouvé que ça manquait de souffle, que ça n'avancait plus et que thom se caricaturait(trop geignard, faudrait qu'il la termine, son adolescence!).Je n'en attendait plus grand chose,et
finalement j'était plutôt emballé à l'idée d'un album plus "expérimentale", mais non c'est juste chiant.

Peut être que ça vient de l'âge, j'ai grandit avec radiohead, mon esprit torturé d'alors était en phase avec eux, mais j'ai évolué et je n'ai pas l'impression qu'ils en ont fait de même...


arnaud dejean 03/03/2011 08:35


mon nom il est ecrit en bas je me cache pas.
Ce que je veux dire c est que je trouve enervante cette tendance typique du chroniqueur a mettre d abord en avant sa credibilite par rapport a l objet dont il parle, ce qui lui enleve au passage sa
lucidite.
Ceci a grand coup de je-vais-debusquer-le-bon-gros-disque-hype-et-montrer-a-tout-le-monde-que-MOI-je-me-fais-pas-arnaquer. Ah ah t as vu j ai remplace les parentheses par plein de tirets !
Ca m enerve juste de voir descendre ainsi un disque dont je pense qu il a ete fait avec l intention de faire de la bonne musique.
Meme si tu juges que ce n est pas le cas, pourquoi une telle hargne ?
Apres y a des pigeons comme moi qui viennent gueuler et au final personne de parle de musique !
Par ailleurs il n y a pas mort d homme, et je prends en general beaucoup de plaisir a me balader sur le site.
Bien a vous et bonne continuation.
Arnaud Dejean , ornithorynque non-troll.