Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:58

Sortie : mai 2011

Label : DTC Records

Genre : électro-IDM-drum'n bass et plus encore

Note : 6

 

En 25 ans d'activisme sur la scène électronique française, Christophe Bergeron a médité chaque sortie sous son pseudo Pushy!, son troisième album, marqué du sceau de l'éclectisme, ne sortant qu'aujourd'hui avec le soutien au son d'Otisto 23. Après avoir fait dans le breakbeat, ce projet créé en duo en 1995 devient solo quatre ans plus tard pour se traduire sur disque en 2003 et 2007. Son auteur expérimente par ailleurs du côté du rap électronique ou du dubstep.

 

Si son épiderme est synthétique, le monde de Pushy! recèle aussi des textures organiques. C'est la rencontre de l'électronique et des instruments qui va marquer cet album aux tonalités diverses. Après un départ énergique sur Head'n Party, le Français calme directement le jeu sur un Upside Town sous influence de dub. La caisse claire cogne, tandis que mélodie lancinante plante ses piques dans les aigus. Les claviers font le gros du boulot et une guitare par ci, une harpe par là viennent éclaircir le propos. Il ne faut pas attendre bien longtemps pour que le premier rythme drum'n bass envoie tout valdinguer. Dès le départ, le producteur annonce une certaine variété qui va toutefois trouver rapidement sa cohérence par les repères qu'il laisse au fil des titres. L'influence dub va par exemple servir de lien entre de nombreux passages, que ce soit avec le delay sur la batterie ou le skank imprimé par le clavier. Va se greffer autour un monde électronique fait de grincements, de crépitements et d'empilements sonores qui s'imbriquent parfaitement. Sur cette base froide, Christophe Bergeron arrive à faire groover Champagne On The Chill ou se permettre une respiration IDM-ambient avec Derive Plant qui reste dans l'esprit grâce au travail sur la texture des nappes. Avec l'IDM inspiré du morceau éponyme, le Français atteint un certain sommet mêlant mélodie prenante et expérimentation heureuse. Cet extrait monte en puissance au fil des minutes captant l'auditeur pour le pousser plus haut et plus fort. Le ton se durcit un peu ensuite, notamment sur Serious où le passé noise et indus de son auteur remonte à la surface. La rythmique saturée cogne pour laminer les cerveaux. L'album s'achève toutefois en apesanteur, les lignes mélodiques multipliant les pistes pour vous envoûter et vous laisser dans un enchantement extatique. 

 

Pushy! nous revient donc avec de très bonnes intentions et une science fine du mélange entre influences passées et genres actuels. La production, comme d'habitude chez DTC, est de très bon niveau, ce qui permet d'apprécier toutes les subtilités, et elles sont nombreuses, de cet Epiderme Synthétique.

 

http://www.dtcrecords.org/gfx/dtccd08.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

BOUCHONNEAU 28/05/2011 11:20


Un peu sceptique quant à la sortie de cet album mais cette chronique m'a donné envie d'y jeter une oreille. Son worn to a shadow sorti il y a qques années m'avait bluffé. Je vais voir ça.