Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 16:34

Sortie : août 2010

Label : Proximal Records

Genre : Glitch-hop, Electronica, Soul

Note : 8/10

 

Retranscrire en une compilation le panorama musical de Los Angeles et les palpitations  de sa nouvelle scène électronique. Tel est le pari ambitieux du label indépendant Proximal Records. Les cinq co-fondateurs sont allés à la recherche de ces beatmakers qui constituent cette jeune et fourmillante scène abstract hip-hop californienne, brassant sans scrupules hip-hop, IDM, soul et funk. Le recrutement se fit chez Brainfeeder, Stones Throw ou Alpha Pulp, mais aussi vers des producteurs bien moins connus, qui accordent sans conteste à cette compilation, un supplément d’âme.

 

A la fois évanescente et idéalement homogène, Proximity One: Narrative of a City s’apparente à un pur délice sonore. Il s’agit moins de la volonté de capturer une image figée de LA, qui semble animer les types de Proximal, que du souhait de livrer une série d’instantanés éphémères et un peu flous, rendant compte de la musique qui peut émerger d’une telle ville, de nature fondamentalement versatile. Proximity.. mobilise des artistes tels que Take, Dr. Strangeloop, Tokimonsta, Daedelus, Suzuki 8-Ball, Shlohmo, Dâm-Funk ou Teebs, et contient des titres de chacun des fondateurs du label. Le premier représentant du courant, Flying Lotus, est cependant absent.

A l’approche de ce disque, on aurait pu craindre, pendant une seconde, une surenchère d’effets futuristes, bariolés ou un peu bling. Il n’en est rien. L’esprit de cette sélection réside dans un son au groove intense, piqueté de visibles influences de jazz, de soul et de funk. En ces ambiances solaires, les beats s’épanouissent et développent des allures bancales, boiteuses et langoureusement instables. Ce savant mélange donne lieu à phases très électronica, des effluves de pop (Chasms de [Post-fœtus]), d’ambient dubstep (Nine-Wing de Suzuki 8-Ball) ou de hip-hop caressant. 18 producteurs pour 20 titres, et quasiment aucun n’est à regretter – ah si le A Day at the Carnival de Dâm-Funk -, autant dire qu’en faire l’inventaire est impossible.

Mais la gifle infligée par la succession des morceaux de Daedelus et de Dr. Strangeloop demande à être décrite. Le premier conjugue dubstep à la dynamite et soul brûlante, sur l’irrésistible Off Angeles Edge. Un coup à se mettre à crier tout seul, sans déconner. De son côté, Strangeloop, le génial designer visuel de Brainfeeder, délivre simplement le joyau absolu de cette compilation (en écoute). IDM vicieuse et douce, Strange Utopia progresse vers la suprême désintégration, et confirme que ce mec peut concourir au titre du plus grand des malades. On recensera tout de même dans les  très belles réussites, Cigarette Lust de Tokimonsta, Trunk de Owen Wallis, Creep de Juj, Conversation with Yesterday de Take ou See Water de Denny Denny Breakfast.

 

Proximity One: Narrative of a City est un objet d’exception, qui se doit d’être justement apprécié. Rare sont les disques qui vous plongent dans une telle léthargie bienheureuse. Certain y trouveront peut-être quelques imperfections, pour ma part, j’en sors totalement acquise à la cause de Proximal. Pour n’y avoir jamais mis un orteil, Los Angeles ne m’a jamais paru si rayonnante. 

 

                             ProximityOne-e1278585056946.jpg

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

YyrkoOn 07/09/2010 22:03


C'est rare qu'une compil' maintienne un tel niveau de qualité sur 20 titres, je partage ton enthousiasme.