Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 19:24

Sortie : avril 2011

Label : Derwin Records

Genre : Deep-house

Note : 8,5/10

 

Contrairement au cru 2010 (ici), l’année 2011 n’a pas été heureuse pour la deep-house. Diamétralement opposé au récent LP de Moomin (ici), qui donnait dans une deep-house vintage, répétitive et repliée sur elle-même, cet Alex and the Grizzly du duo Prommer & Barck offre des mélodies ciselées, une production léchée, qui ne vont pas sans rappeler le joyau de John Roberts (ici), et sa conception solaire et racée de la house des profondeurs.

 

Première production du duo après un an de sorties d’EP et singles,  première sortie également pour le label Derwin Recordings créé pour l’occasion par les deux compères, ces derniers ne viennent pourtant pas de nulle part. Christian Prommer n’est autre que l’un des fondateurs du label culte Sonar Kollektiv, et le maître d’œuvre, entre autres choses, des compilations deep-house Drum Lesson, tandis que le CV d’Alex Barck comprend une participation active au célèbre Jazzanova et au moins connu, mais non moins excellent Liquid Lounge. Voila pour la bio, mais la bio ne garantissant pas nécessairement de bon disques, voyons ce qui en ressort.

Dès le premier morceau, Pictures of the Sea, la deep-house du duo se présente sous ses jours les plus lumineux : une jolie guitare sèche nous transporte immédiatement sur une plage paradisiaque, où des samples de vagues et de mouettes vous rappellent que le farniente n’a pas que du mauvais. Percussions afro-latines, violons, chant langoureux : la richesse instrumentale de ce premier titre ne se démentira jamais. On se promène sur ce disque entre toutes les influences de la deep-house : balléarique, afro, latino, une multiplicité d’instruments et d’ambiances se déploient le long de ces onze compos aux titres évocateurs, qui convergent toutes vers la plage, le soleil, le hamac et la pina colada.

Loin de perdre son souffle sur la durée, la science de la langueur de Prommer & Barck, non dénuée d’intensité, resplendit d’un bout à l’autre de ce disque. On s’imagine danser avec son aimé(e), corps contre corps, se délectant de l’odeur de sable et d'oc"an de sa peau. Même les vocaux chantés, souvent le talon d’Achille des producteurs de deep-house, s’intègrent à merveille à l’ensemble. Ne descendant jamais sous la barre des cinq minutes, tous les morceaux prennent le temps d’installer leur énergie : Lovin’, Everything, Gladys Night, Soweto Symphony ou Journeysont tout simplement des perles de deep-house, subtiles et racées. Même lorsque le ton se durcit légèrement sur Dr. Jeckyll & M. Hyde, ou le fabuleux The Barking Grizzle (Detroit – Berlin), l’état de grâce du duo n’en ressent nul ombrage. Même la douce mélancolie de Sleeping Beauty ou du conclusif Faces from the past paraît bienveillante, augurant la nuit tombée l’éternelle réapparition du soleil fier, le lendemain, au-dessus de l’océan.

 

Incontestable réussite, sinon coup de génie mémorable, cet Alex and the Grizzly nous emporte bien loin du béton des villes, vers un paradis virginal et auditif qui n’attend que sa calme défloraison. Un disque à écouter dans les froids dehors de l’hiver, afin de se réchauffer le corps, le cœur et l’âme.

 

http://www.righton.fm/img/review/prommer.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Hector Valdez Don Esmeralda 08/12/2011 05:30

putain de site en carton!:)

Hector Valdez Don Esmeralda 08/12/2011 05:29

Ouais en attendant quand t'as un minimum de curiosité et que tu ne demandes qu'a apprendre (ce qui devrais être la posture de tout débutant je pense), à connaitre au moins, t'es censé dire "ah bon
et qu'est ce qui est 1046 fois mieux "?

Genre l'année 2011 n'a pas été "heureuse" en deep house ! Mais mon gars est ce que déjà t'as écouté ça - le MINIMUM (le plus évident cad) -, par exemple, pour parler? NON !

- Kuba Sojka - Mysterious Intrigue (ainsi que le label en question)? non ;

- Keith Worthy - ssg Special - Keith Worthy Presents "the collage Mix" ? non;

(et du même les "Moments In Rhythm Vol 1 & 2 qui date de l'année dernière par exemple ? Non...)

La liste est longue des choses que cette année sont évidement 1046 fois mieux que les deux daubes en croute sus-nommées... (je ne parle pas des sorties de l'année dernière (et encore moins celles
de l'année d'avant, et d'avant, et d'avant, et d'avant etc. que tu n'écouteras jamais, jamais, jamais...).

(après c pareil : dire que Profan c un sous label de Kompakt mais ça veux juste dire que t'as jamais rien cherché a comprendre, et/ou que t'as jamais rien compris et/ou que t'as jamais écouté,
et/ou tu crois que c la fête foraine on dis ce qu'on veut "on est en 2011quand même" (lol), parce que c très exactement l'inverse - dans les FAITS et pas dans un quelconque monde parallèle putain
!
C'est TRES GRAVE de dire ça sérieux...

[url=http://www.youtube.com/watch?v=kYJYEOasiog] Bref:) [/url]



[url=http://www.youtube.com/watch?v=nJLcbBYU9qY] + [/url]

Hector Valdez Don Esmeralda 07/12/2011 12:39

Mon dieu c'que c'est laid. J'ai l'impression de voir une licorne dégueuler de la merde. Totalement inachevé ; influence présente mais pas digéré (d'ou le dégueulis - de toxico bien sûr). Qu'elle
merde intégrale ! - C Warren G a la prod ou bien?
Pour pigeon uniquement (d'autant qu'ya qu'a se baisser pour trouver 1046 fois mieux).




Quant à l'autre "echo - moonin mon cul - le dauphin" en trance dans sa piscine en simili cuir turquoize mordoré, c a se taper la tête contre les murs tellement ça pue la pisse de chat. Dire que
y'en a qui écoute ça et qui pense non pas seulement écouter de la House, non pas de la bonne House, mais de la Deep house qui déchire !!! LOL

+

Chroniques électroniques 07/12/2011 17:34



ça faisait longtemps qu'on ne t'avait pas lu. Surtout ne change pas.



ARTY 29/11/2011 11:35

Ta chronique m'ayant intrigué je m'intéresse donc rapidement à cet album et après 3 écoutes je suis désolé mais cet album n'as aucun swag! À côté du Moomin qui est une pur bombe!! À l'écoute de
"Everything" je me croirais dans un magasin de prêt a porter d'une grande enseigne dont je ne citerai pas le nom enfin bref c'est limite bof sur certains morceaux, après il y a quand même deux
trois morceaux intéressants je l'avoue!!!!

Chroniques électroniques 29/11/2011 21:23



Je ne dis pas que ce disque est meilleur que le Moomin (quoique je le pense), seulement qu'il offre une vision totalement opposée de la deep-house.


Pour ce qui est du rapport entre House en général et magasin de fringues, je ne peux qu'être d'accord... mais pas ici. Ecoute au casque du skeud conseillé, parce que de nombreuses subtilités s'y
dévoilent, notamment instrumentales.


Ce que je peux t'accorder, c'est que la plupart du temps, la House vocale est une pute comparée à la house purement instrumentale.


Mais je maintiens, j'aime beaucoup ce CD, et vu le désert deep-house en 2011, il ne fait de mal à personne, bien au contraire !


Pingouin