Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 18:45

Sortie : novembre 2010

Label : Project: Mooncircle

Genre : Abstract hip hop

Note : 6

 

Régulièrement, le label Project: Mooncircle sort des compilations afin de faire une revue d'effectifs et de montrer la diversité des sons qui cohabitent dans son giron. Pour cette nouvelle livraison, la vision de la Russe Jinna Morocha, qui rêvait d'aller sur la lune, a servi de fil conducteur aux 27 artistes conviés, dont huit figurent en "bonus" dans la version numérique.

 

Le voyage sera long, mais confortable. Il commence sur des airs de jazz avec l'excellent After 4 AM de Long Arm, ce sillon est creusé un temps avant de s'ouvrir vers d'autres horizons, gardant toujours une influence rap à l'esprit, mais puisant surtout dans un groove électronique apaisé. Dela sort une guitare jazzy et une batterie entraînante, Dexter fait dans l'électronica envoûtée, tandis que Robot Koch et Flako cherchent l'inspiration du côté du glitch-hop.

Ce début confortable, même si parfois un peu tendre, est propre à l'esthétique du label : des productions léchées qui s'imposent avec une certaine évidence. C'est le cas pour les deux représentants japonais déjà évoqués sur Chroniques électroniques, Himuro Yoshiteru et Daisuke Tanabe (présents sur Finest Ego - Japanese Beatmaker Compilation, chroniqué ici), qui sans sortir du lot proposent des instrumentaux rêveurs bien menés. Trop facile ? Juj et Myown viennent contredire cette idée avec des morceaux inventifs et ludiques. Ces deux artistes élargissent le spectre des possibles, tout comme le glitch-hop de Killing Skills ou celui de Gards From Kc. Celle qui a initié ce disque est invitée à partager une piste avec Comfort Fit (un producteur russe repéré sur le label Error Broadcast avec son maxi Private Primate chroniqué ici) pour un obscur trip downtempo.

Pour ceux qui seraient lassés des instrumentaux, John Robinson et Andy Kayes se lancent dans deux rap aux productions électroniques sombres qui collent bien au reste du disque. En revanche, Underwater, chanté par Graciela Maria, passe un peu moins bien... la seule fausse note !

 

Le futur s'annonce donc radieux pour Project: Mooncircle qui nous offre une compilation d'une rare richesse et d'une cohérence dans la diversité maîtrisée.

 

http://www.projectmooncircle.com/files/pmc069_cover_480px.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires