Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 14:58

Sortie : février 2011

Label : Noecho Records

Genre : Expérimentation cramée

Note : 6

 

Après deux albums pour Noecho Records depuis août dernier, Pous maintient le rythme avec un maxi (tout est en téléchargement à prix libre sur le site du label)  pour la même maison dans un style IDM explosif où les voix viennent donner une touche rap aussi surprenante que percutante. Nous ne savons pas grand chose de plus de cet Anglais dont la musique proche de la démence parle sans doute plus qu'une bio.

 

Si Justin Bieber entendait ces sept titres, il changerait de sexe et coucherait avec des musaraignes épileptiques. En effet, ce maxi bouscule la norme et l'auditeur se retrouve violemment shampouiné à coup de sonorités énervées. Après une courte intro, Sole est invité (samplé semble-t-il) sur Goteborg pour poser un texte soigneusement articulé sur une ambiance mystérieusement déconstruite. Des bruits surgissent de toutes parts pour faire monter la pression autour d'un MC qui convient étonnement bien à ce monde chaotique. La tension augmente avec Soilookaround, un dub déshumanisé au tempo lent. Les grésillements se multiplient et une voix à la fraîche innocence se détache. Crown (Israel dub) et ses airs de rap instrumental venu d'une future ère post-numérique où des robots parkinsonien ont pris possession du monde est une parfaite introduction pour le grand moment du maxi. Sur Dday, Pous utilise un sample vocal de Twizz qu'il pose sur un déluge de secousses sonores qui viennent vriller les neurones avec la plus grande délectation. La voix s'arrête mais la tornade continue...et se prolonge même sur Pentala Harbour (dubplate) sur lequel l'Anglais nous montre tout son talent à jouer de la scie circulaire.

 

Merci à Ed de m'avoir fait découvrir ce disque suprenant et inovant. Si vous avez soif de découverte et d'originalité électronique, mangez-en. (artwork non contractuel)

 

th-VPLErelease-04_02_2011__05_31.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires