Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 12:49

Sortie : 16 août 2010

Label : M_nus Records

Genre : Techno minimal

Note : 3/10 (pour l'idée de la compil, non pour les morceaux)

 

Plastikman (aka Richie Hawtin) est le maître absolu pour tout fan de techno. Touche à tout aussi brillant dans le domaine de la techno pur que dans celui de l’électronica torturée et l’ambient sombre, depuis le début des années 1990 il a explosé les carcans pour mieux redéfinir les contours de la musique électronique. Impossible de renier l’héritage de Plastikman car, même aujourd’hui, son récent live ressemble davantage à une gigantesque messe qu’à une simple tournée best-of.

Et pourtant, le pseudo Plastikman s’est effacé depuis de nombreuses années et la sortie de Closer en 2003. Le créateur a laissé la place au producteur Richie Hawtin qui écume les clubs de la planète. On se rend alors compte que la carrière de Plastikman tient en 7 albums se concentrant en à peine 10 ans de carrière. Alors qu’un gigantesque coffret (14 CD + DVD) est prévu pour la fin de l’année, Kompilation fait aujourd’hui figure d’hors d’œuvre, comme un vulgaire best-of jeté en pâture aux consommateurs négligés.

 

Toute la force des albums de Plastikman repose dans l’immersion, dans la proposition d’un trip insondable où la techno se veut autant organique que synthétique. De l’acidité de Sheet One à l’introspection de Consumed, chaque album possède sa propre identité. Vouloir compiler 10 ans de carrière en seulement 8 titres relève davantage du plan marketing foireux que d’une véritable mise en valeur du patrimoine électronique laissé par Plastikman.

Le problème ne vient donc pas des morceaux en eux-mêmes. En effet, que ce soit avec la machine acide de Plasticine, le bol de Rice Crispies vous explosant les neurones de Spastik, l’extasié et précurseur Marbles, l’insidieux Contain ou encore le sombre Ask Yourself, chaque morceau se révèle profondément intemporel et contemporain. Plastikman travaille chaque son, le module, le compresse, le dilate, pour mieux le transfigurer et ainsi pénétrer notre cerveau. C’est autant vicieux qu’imparable. C’est tout simplement la définition de la techno mentale chère à Richie Hawtin et M_nus.

Non, le problème ne vient pas de là mais de cette tentative foireuse de tout mélanger au risque de se révéler trop réducteur. Ainsi, Kompilation se limite à l'aspect purement techno de Plastikman en tentant de résumer maladroitement 10 ans d'innovations électroniques. La techno de Plastikman n’est pas faite pour être rapidement assimilable, elle demande du temps, de la concentration, une volonté de pénétrer dans un vaste continent et non dans une tentative de survol grossier (on s’est d’ailleurs retrouvé face au même souci lors de sa dernière tournée où il s’est avéré bien plus pertinent sur un live de 2 h comme au Time Warp que sur une version raccourci d’1h comme à la Villette Sonique).

 

On sait bien que la techno de Plastikman n’est porteuse d’aucun message mais là, on sent le coup publicitaire et c’est emmerdant. Les néophytes et les connaisseurs devront donc attendre patiemment le coffret à venir qui permettra de vraiment se replonger dans l’univers du maître.

 

http://www.tcbmedia.eu/images/news/20100721-Plastikman_annonce_sa_Kompilation-1279709539.jpeg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

johnny john 01/11/2010 02:11


Hum ! Je vais charger moins poliment Richie Hawtin. En fait, sa carrière réellement créative s'est arretée avec Consumed dernier album du concept Plastikman. Et son premier maxi sorti sur Minus
Orange je crois, après Consumed m'avait déjà mis la puce à l'oreille.
Depuis il ne se passe plus rien. Certes il remplit les salles. Le public est réceptif (pas moi) à l'énergie de ses sets sûrement. Mais au final il n'en reste rien. Ses productions sorties depuis
sont vides, creuses, n'ont aucuns intéret.
Je perçois cette volonté de ressusciter Plastikman comme une vaine tentative de retrouver sa muse. je me permets de dire ca car j'ai écouté sur un blog il y a quelques jours un morceau tout récent
de "Plastikman". Un track acid pas inspiré, mou, qui tourne à vide (avec des montées de caisse claires en fin de break ! voila le gimmick bien usé qu'il ressort). Le problème c'est que le concept
Plastikman il en a fait le tour. Il ne reste plus rien ou plus grand chose à faire avec l'association TB303, TR808, et 909.
Alors c'est sûr, il se fiche de ma critique incendiaire (qu'il ne lira jamais) mais ll me fait de la peine tellement je le vois perdu. Ca me peine d'autant plus que du temps de Plastikman, je
portais Richie Hawtin aux nues. Il a été pour moi un Dieu de la techno. Quelle dégringolade.


Chroniques électroniques 01/11/2010 09:23



C'est juste que "Dieu" est dépassé par ses apôtres depuis longtemps et qu'"il" ne s'en est même pas rendu compte.


B2B.



l'Astre 31/10/2010 19:28


Franchement ça fait déjà longtemps que m_nus (je peux pas me résoudre à l'écrire autrement ; c'est comme Ostgut Ton : pour moi ça restera Ostgut Tonträger...) fait dans le "mainstream" grave de
chez grave. Y'a 2/3 ans encore ça ne posait pas de problème tant le niveau acceptable général dans le genre était moyen. Mais depuis cette année, c'est extrêmement médiocre. Je crois bien - toutes
proportions gardées - que le label est mort, que Richie va finir comme Vath et M_nus comme Cocoon... (même Plus 8 c'est "fini").
Y'a plus que des fantoches. Alors bien sûr ça a toujours été le cas sur ce label et certes Plastikman et a fortiori m_nus n'ont "jamais" eu "aucun" message, mais au moins ils avaient un feeling et
une approche particulier. La ce n'est plus cas. En live fonsdé c'est une autre histoire (comme bien souvent mais particulièrement pour m_nus), mais j'ai vraiment du mal a m'y remettre à froid.
C'est triste à dire mais je mûris:)


Chroniques électroniques 01/11/2010 09:21



Je partage grandement ton avis.


B2B.