Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 18:40

Sortie : Juin 2010

Label : Silicate

Genre : Electronica large

Note : 5

 

Le passé musical de Pit Spector est varié, y cohabitent d'abord le piano et le reggae, la guitare et le jazz, puis une orientation plus électronique avec plusieurs collaborations. Après des projets et une création sonore, un premier maxi solo voit le jour en 2009. Au milieu d'autres travaux, vient de surgir un format un peu plus long qui ouvre de nombreuses perspectives.

 

On se demande parfois ce que signifie les titres des disques que l'on écoute. Avec Télescope, c'est clair : le Français va nous donner à voir du paysage et l'étendue de son univers sonores. Entre pièces électronica, chanson, bidouilleries expérimentales ou rap, Pit ne manque pas d'idées. Il peut ainsi offrir un bricolage drum'n bass (Cloche) ou inviter une chanteuse (sur le lancinant Subways), allant de terrains familiers à d'autres plus originaux. Overcome rappelle de loin son passage dans le reggae même si le côté un peu cheap des sons ne dépareille pas des autres morceaux. Cela sent la création maison à plein nez avec ces petits bouts de bruits récoltés à droite à gauche puis soigneusement assemblés. La méthode donne un côté ludique à sa musique sans nuire à la qualité. L'arrivée du rappeur The Pretender sur Reuilly change en revanche un peu l'ambiance. La production semble plus rectiligne bien que la rythmique soit un brin minimaliste.

L'univers du Français est varié, parfois un peu trop. Si l'on sent bien une ligne directrice dans cette collection de titres, on se perd parfois face aux multiples directions empruntées. L'ambient de Thundernight et sa suite Tundenight Silence viennent par exemple apporter une touche nouvelle, mais font un peu retomber la légère montée menée jusque là. Ces deux pistes très épurées ainsi que les passages avec des voix semblent finalement un peu superflus quand on aurait préféré le voir aller plus loin dans ses constructions électronica.

Trois remixs viennent compléter cet album disponible seulement en édition limitée. Ils prolongent les expérimentations de Pit Spector en évitant la facilité, notamment Modeliszt qui se lance dans une version dub de Demost à l'écart des poncifs du genre.

 

Malgré un peu trop de diversité, cet album propose une respiration agréable et un chemin de traverse intéressant en évitant de verser trop dans l'expérimentation. Un fil rouge plus clair aurait achevé de nous convaincre.

 

http://www.silicate.fr/pochettes/014.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benjamin F 28/07/2010 15:20


J'ai trouvé que ça faisait effectivement un peu trop patchwork...