Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 21:25
Sortie : octobre 2009
Label : BEE Records


Membre du duo Nth Synthesis, Pierce Warnecke se produit en solo depuis deux ans et sort son premier maxi. L'Américain passé à l’école Berklee de Boston, spécialisée dans la musique assistée par ordinateur, présente sur The Electronic Heart une réflexion sur l'interaction entre l'homme et la machine.

Les deux premiers titres travaillent la matière synthétique posément, les évolutions sont mesurées et les éléments finement placés. The Art Of The Error apporte tout de même les premiers signes de folie avec de nombreuses ruptures et diverses surprises autour d'une rythmique des plus carrée. Sons 8 bit et nappes rèches viennent dresser une ambiance sobre mais accrocheuse.
A partir de Used Romamtricks, l'affaire s'emballe. Les beats déferlent et de multiples sonorités viennent brusquer l'auditeur. Warnecke doit avoir dans ses références Aphex Twin et Squarepusher, même s'il est moins brut que les deux Anglais. Cette secousse en règle est la bienvenue, démontrant que l'artiste a plus d'un beat dans son sac.
Bien que les tempos varient, les titres se suivent avec une certaine cohérence, toujours dans une IDM inventive. L'Américain mélange rugosité et douceur, explorant les textures patiemment. Sur Pre-sleep Instants, il sort quelques nappes aériennes, rappelant notamment Daedelus. Les rythmiques tombent parfois à côté, ou se rattrapent tout juste sur le temps. Des approximations qui rendent humain le produit de la machine.
Enfin sur RnBeast il retrouve sa folie qui lui va si bien mais qu'il n'exploite finalement pas assez. Il déconstruit, malmène les sons, torture ses beats pour un résultat parfaitement tortueux. Le meilleur pour la fin.

Six titres variés donc, plutôt bons dans l'ensemble, avec une préférence pour les deux plages les plus barrées. 


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires