Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:22

Sortie : septembre 2010

Label : Dublin Xpress Records

Genre : Techno

Note : 4

 

Si l'on se tourne plutôt vers l'Europe en matière de techno, il existe toujours des producteurs fidèles à l'héritage de Detroit de l'autre côté de l'Atlantique. C'est vers la Floride qu'il faut se regarder pour dénicher Phasen, cofondateur d'Unnamed Label, mais dont la nouvelle livraison qui fait dans le 4/4 mid tempo sort chez les Irlandais de Dublin Xpress.

 

A l'heure du duel minimale-maximale, l'Américain choisit de faire dans une house qui pourrait séduire aussi bien les danseurs que les auditeurs posés dans leur salon, avec des kicks en souplesse et des titres longue durée évoluant tout en douceur. Les mélodies se déploient patiemment, chaque sonorité prenant son temps pour explorer l'espace. Les montées sont disséminées sans excès et souvent contenues dans leur pic. Variant les plaisirs, le producteur joue avec un sample de voix féminine sur Floridian, donne dans un style ensoleillé un peu facile sur Certified Florida Fried Funk ou prend une direction plus mentale avec Ismaelito et ses quelques sursauts cubains. Des passages qui prennent facilement le chemin des enceintes sans vraiment retenir l'attention, l'écoute ne provoquant ni rejet ni enthousiasme. Ainsi la house funky pas complètement aboutie de The Times We Forget tourne un peu en rond malgré ses airs chaleureux de guitare. Comme dans les petites villes de Floride auxquelles l'artiste veut rendre hommage avec ce disque, l'amusement n'est qu'éphémère.

 

C'est le morceau Gainesville qui constitue le point central de ce gros maxi. Phasen y développe un style moins formaté avec une techno plus langoureuse, habitée de touches sombres. La construction est toujours aussi lente dans un univers où seule une phrase de piano donne un esprit festif. La partie rythmique, faite d'un assemblement minutieux de sons, participe au caractère emprunté de l'extrait. Ce Gainesville fait l'objet de quatre remixs pas toujours utiles. Captain Random n'apporte pas grand chose de nouveau au long de sept minutes plutôt ennuyeuses ; plus intéressant, F.L.O. réduit encore les éléments fournis pour en faire une relecture très minimale, quasi ambient, où des nappes lointaines et un charlé flottent sans s'entrechoquer ; Nachklangmusik attaque plus sensiblement le public club sans non plus tomber dans la vulgarité avec une version plus éloignée de l'original ; enfin, Nacim LaDJ en donne une lecture minimale très linéaire.

 

Pas grand chose d'incroyable sous le soleil de Floride donc, Phasen manquant un peu de personnalité pour se démarquer dans la production techno. Ce maxi trouvera tout de même preneurs chez les personnes en quête de désintoxication douce de la minimale.

 

http://djbackshet2.free.fr/DXR063-Gainesville-Cover.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires