Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 21:36
Sortie : 25 janvier 2010
Label : Hessle Audio



Cela fait plusieurs fois que Pangaea squatte les lignes de Chroniques électroniques. Disséminés au sein du Sub:stance de Scuba (ici) ou de la dernière compil' Soul Jazz (ici), les titres de Kevin McAuley captent immédiatement l'oreille, et se distinguent parmi la foule de morceaux qui peuplent ce genre de compilations. Et avec à son actif des perles comme Router ou Memories, on ne pouvait qu'attendre avec impatience la première sortie consistante de Pangaea.
Et comme cela arrive souvent, on ne peut s'empêcher d'être déçu. Ce maxi éponyme n'est pourtant pas mauvais, mais il manque définitivement quelque chose. Il ne parvient pas attirer l'auditeur dans ses méandres de basses et de nappes filtrées. Les 6 pistes, trop linéaires, peuvent s'enchaîner sans que l'on y prête de réelle attention. Il est difficile de ne pas rester distant face à cet opus bien froid. En réécoutant Router, je ne peux m'empêcher de penser que Pangaea a joué bien en dessous de ses capacités.
Malgré tout, l'EP conserve l'agréable torpeur dans laquelle McAuley sait faire fondre ses beats. On retrouve le très bon Sunset Yellow, que Scuba nous avait offert en inédit. Dans un aspect joliment évolutif, des volutes synthétiques éclosent puis se déploient, calées sur une rythmique 2-step sèche et presque tribale. 5-HTP mérite également qu'on s'y arrête, lorsqu'entre deux phases d'un beat rêche, il laisse échapper des interludes de piano jazz, douces et caressantes. Mais pour ce qui est du reste, la voix féminine de Why donne envie de s'arracher les cheveux par poignées – pour un titre d'ouverture, ce n'est pas terrible - , et les boucles de Dead Living ou de Neurons n'évoquent qu'une insipide répétition.

Difficile de ne pas être dépité face à ce maxi irrégulier, Pangaea a pourtant le potentiel pour faire bien mieux. Il sera inévitablement attendu au prochain tournant.


                                   Pangaea - Pangaea EP

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires