Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 16:03
Sortie : 5 décembre 2009
Label : Tympanik Audio

Le Néerlandais Eelco Jellema avait mis son projet Opposite Exhale en jachère jusqu'à cet été. Il a envoyé une démo qui a rapidement convaincu Tympanik Audio de sortir son premier album. Nous nous devions de jeter une oreillle attentive à cette oeuvre annoncée
comme visionnaire et mémorable par un des labels les plus crédibles au monde.

Nothing Lasts est un disque dense, âpre, complexe et sans concession.
Telle une rencontre éclairée entre les compositions classiques, le "noise" et l'électronique, cet album dépeint une oeuvre ô combien personnelle.
Le piano intervient comme un métronome fil rouge. Visiblement féru de musiques classiques et orchestrales, Opposite Exhale insère des ornements de cordes et de cuivres oniriques, au milieu de bourrasques soniques où le beat explose comme une bombe à fragmentation.
On pourrait presque parler de musique de ballet contemporain. Dotée également d'un potentiel cinématique important, cette musique parvient facilement à nous faire passer d'une émotion à une autre. Comme sur Born with Bruises et ses pleurs d'enfant inquiétants, l'épique A Subtle Truth ou The Feeling's Vile, débutant sur un lit douillet de cordes pour aboutir finalement en mélodie martiale et brumisée.
Des sensations ambivalentes aussi sur les très bons Clear Green et Deceitful Snares, ou des nappes subtilement bruitistes viennent déchirer la virtuosité instrumentale comme s'il ne s'agissait que d'un vulgaire papier journal.
Tympanik n'a une fois de plus pas menti, et cela même s'il est fort possible que cet album surprenne les habitués du label.

Avec cette première oeuvre avant-gardiste, Opposite Exhale vient de jeter un joli premier jet. Même si l'écoute de cet album peut s'avérer éreintante par tant de fausses pistes et de contre pieds, le grand écart s'avère plutôt réussi et prendra tout son sens lors d'écoutes domestiques à haut volume.

                                  http://tympanikaudio.com/wp/wp-content/plugins/wp-shopping-cart/product_images/OE-nothing_lasts-300x300.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires