Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 14:35

Sortie : 14 septembre 2010

Label : Echocord

Genre : Dub-techno

Note : 8/10

 

L’Allemand Arne Weinberg baigne dans la techno depuis perpette. Il sort plusieurs albums et quantité d’EP sur des labels comme Styrax Records, Starbaby ou AW-Recordings (le sien). En 2006, il crée Onmutu Mechanicks avec Niko Tzoukmanis, qui le quittera un an plus tard. Immigré en Ecosse en 2008, Onmutu lui sert d’avatar pour se livrer à des expérimentions plus deep. Alors qu’avril dernier a vu éclore Unfolding the Giant Void, sur diametric., il sort cet automne Nocture, hébergé par Echocord, maison plus que pointue en matière de dub-techno.

 

Nocturne est un essai des plus classes. Weinberg a su capter le rôle décisif du groove dans ce genre de son, dans lequel les atmosphères et le grain de la musique prennent toute la place. En cela, le bougre s’affranchit avec insolence des codes qui balisent la dub-techno, et tranche singulièrement avec un Quantec ou un Echospace (dernier et excellent album chroniqué ici). Les rythmiques progressent avec des cadences pulsées, lourdes et voluptueuses, dont l’aspect poisseux paraît délicieusement évocateur. Autour, l’air semble épais, les échos s’étendent grassement, et l’esprit est aux mélodies lunatiques, tantôt sombres et maussades, tantôt espiègles et charnelles. L’éloquente maîtrise et le scrupuleux travail sonore qui transpirent de Nocturne méritent plus que le respect. D’autant plus qu’Onmutu Mechanicks écarte d’une pichenette tous les traquenards que peux contenir cet exercice. En se plaçant du côté du rythme et du groove, il évite toute longueur ou digression minimaliste, et se réclame de la sensation immédiate.

Si l’ensemble se montre d’une brute cohérence, certaines pistes se détachent et envoûtent plus particulièrement l’esgourde. L’évolutif et majestueux Neutrino démultiplie littéralement l’espace, Catatonic joue sur les kicks trébuchants d’un dub des sous-sols, et Your Touch Is So Electric ne demande pas de plus amples descriptions que son titre.

 

Dans un genre où l’innovation n’est plus tant d’actualité, Onmutu Mechanicks signe un pamphlet adroit et pénétrant, dont la profondeur n’a d’égale que la sensualité.

 

                                 onmutu-mechanicks-nocturne-1.jpg

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

l'Astre 11/10/2010 21:32


Une petite intervention quand même vite fait pour attirer votre attention le fantasquement fantastiquement joyeux et radicalement Berlin School/Palais Schaumburg en force album suivant :

Even Marc et Steve Hillage - Dreamtime Submersible (Somnia)

Ça serait dommage que vous mourriez idiot._

+

l'Astre


l'Astre 08/10/2010 18:44


Très juste (avoue que t'as pensé à moi quand t'as écrit cette chronique électronique ! XD) : j'avais pas vu ça comme un pamphlet par contre, mais peut être que tu le prends comme ça parce que cet
album tire sur le dubstep et que tu n'as pas de "réel" accointance avec le dub/techno. En tout cas moi c'est la raison pour la laquelle j'ai du mal avec le dubstep : je ne trouve pas qu'il y a
assez de "matière" pour en faire un style à part entière ; par contre je n'ai rien contre l'esprit dubstep. Mais assez parlé de moi (elle est bonne celle là!). (Neutrino m'a préférée pour
l'instant.)

+

l'Astre


Chroniques électroniques 09/10/2010 20:49



Mais bien sûr l'Astre, par qui d'autre pourrais-je bien être inspirée quand j'écris mes chroniques, mmh ? Idem pour Neutrino.