Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 19:17

Sortie : septembre 2010

Label : EN:PEG Digital

Genre : IDM obscure et sensuelle

Note : 8/10

 

Odori est une mystérieuse et charmante dready canadienne. Bien connue de  EN:PEG, subdivision digitale de l'excellent label américain n5md, elle a également posé un titre ou deux sur le netlabel Xynthetic. Après For Roslyn Heights en 2007 et Winter Of Artifice en 2008, Gathering Lines est son troisième essai.

 

Gathering Lines est à l'image de son artwork. Ambigu, obscur et profond. Tel un rêve étrange et pénétrant que l'on ne fait que trop peu souvent, il diffuse des ambiances à la fois sombres et rassurantes. Comme un hologramme visible seulement la nuit, le son tourne autour de l'auditeur, l'effleure puis le fuit, pour mieux l'envelopper une fois définitivement à sa merci. Un peu comme ferait une vestale faussement ingénue pour mieux rendre fou sa cible. Les synth tones flottantes et les nappes de cordes témoignent de cet enfantin mais jamais naïf ballet amoureux. Le beat et la rythmique se courbent et se plient, formant une union langoureuse et profonde. Entre mélancolie chaotique noire et lumière salvatrice blanche, les spectres se confondent aussi bien que l'amour et la violence. Et quand les drones de crins gémissent sur Floxes, on est terrassé par tant de beauté immaculée. Entre ambient et electronica, Odori dessine des contours d'espaces insondables dans lesquels il est dangereux de se jeter à corps perdu. Le risque consiste à écouter cette oeuvre des nuits entières les yeux fermés, priant pour le retour chimérique de cette beauté narquoise et romantique qui n'a fait qu'un trop furtif passage dans mes insomnies mélancoliques. La première injection est forcément la meilleure comme chacun le sait, on serait cette fois-ci heureux que l'addiction demeure. Le réveil est donc forcément atroce. On en ressort haletant, transi, humide mais éperdument épris.

 

Gathering Lines est vous l'aurez compris une oeuvre émotionnelle rare. Nul besoin de réfléchir sur son absence de velléités révolutionnaires, la beauté est là toute proche, un claquement d'ailes enflammées suffit. Surveiller les sorties de EN:PEG est plus que recommandé, il est bien plus qu'un laboratoire à sorties physiques pour n5md. Faites de beaux rêves et n'en revenez pas, car bien trop dure sera la chute.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/517Ve4c7FKL._SL500_AA280_.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

marc 11/05/2011 19:32


Je redécouvre ce Odori et quel plaisir ! De l'ambiant/idm de haute volée, très recommandable.
On a des nouvelles de l'artiste?


Benjamin F 15/10/2010 13:35


Indépendamment de mon écoute de ce très bon album à la pochette tout aussi touchante, je voulais juste resouligner combien tes critiques étaient stylées.


18/10/2010 00:37

Moi aussi je t aime benjamin.

WeirdLittleMan 06/10/2010 18:56


Merci pour cette superbe découverte ! Quelle musique envoutante ! Une véritable perle noire ! :)