Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 17:00

Sortie : Mars 2012

Label : Odd Future Records

Genre : Rap

Note : 7/10

 

A Los Angeles, OFWGKTA gouverne en autarcie un Hip-hop dont lui seul a la recette. Le son du collectif est inimitable. Les 11 membres ont maintenant leur propre label et ont signé récemment avec RED/Sony, deal qui apparemment ne limite aucunement la liberté des artistes. L'origine du crew remonte pourtant à des mixtapes gratuites et les excellents premiers albums de Tyler The Creator et Earl Sweatshirt qui révéleront sérieusement Odd Future au grand public. Par la suite, Yonkers fera exploser le compteur de vues sur Youtube et tous les publics seront désormais touchés. Hormis ces deux rappeurs, le groupe Mellowhype (Left Brain et Hodgy Beats) était également présent dès la naissance. Se greffe alors un groupe plus Soul nommé The Internet (Matt Martians et Syd tha kid) qui, au passage, fut très décevant avec son premier album Purple Naked Ladies, sorti début 2012. En électron plus libre, Frank Ocean est la voix RnB masculine. Mike G et Domo Genesis complètent le tout avec leurs flows peu charismatiques. Ajoutons à la sauce, Taco et Jasper qui se révèlent plus comme des showmen que des rappeurs véritables. 11 membres... Quel joyeux bordel. On finit par s'y retrouver tant la distribution des points de charisme est inégale.

 

La mixtape est composée de huit productions de Left Brain et huit autres de Tyler The Creator. Les deux beatmakers arborent un style légèrement différent. Left Brain est un beatmaker aguerri, bien que ses productions varient souvent entre beat intelligent et instru sans prises de risques. Tyler, bien moins classique que son compère, propose des beats influencés par la Jazz et l'Abstract Hip-hop. Les sonorités de ses instrus peuvent se rapprocher des synthés Deep-House, couplés avec de sales basses horrifiques et des cuivres débiles et artificiels. Nous donnerons raison à Tyler sur Ny (Ned Flander), Sam (Is dead), et sur l'incroyable freestyle de 10 minutes Oldie, regroupant toute la clique sur un instru classique mais bougrement efficace. Rella reste cependant une perle sombre et entraînante comme seul Left Brain sait composer, et l'homme signe quand même quelques morceaux sympathiques comme Lean ou Real Bitch.

 

« Le son, c'est 50% d'un film. », et chez Odd Future chaque projet a pour but d'être retranscrit en vidéo. Le leader Tyler le dit lui même. S'il pouvait faire une vidéo pour chaque morceau, il ne se gênerait pas. J'ai effectivement oublié de dire que Tyler réalise aussi lui-même ses clips. Leurs vidéos ont un rôle aussi bien dans la communication médiatique que dans la création de leur univers artistique. Leurs clips sont de plus en plus barrés, composant un univers Hip-hop plus singulier et fantastique que jamais. Odd Future n'est qu'un trip d'adolescents friands de vidéos snuff ? Je me vois contraint de diriger la chronique vers une des rares interviews sous-titrées français (Ici) du surnommé Wolf Haley. Le côté home-made de OF fascine depuis la genèse, avec notamment ces beats décalés, composés entre minuit et l'aube dans la cuisine, avec comme seul outil quelques broutilles. Tyler dit composer avec tout, de Logic à Fruity Loops. L'artisanat se retrouve même dans les montages photos kitschs et mal découpés, mais aussi dans les vidéos sur la vie du collectif postées de façon hebdomadaire. Du coup on se retrouve avec des vidéos comme "Odd future rencontre Tony Hawk", où les gamins rencontrent leur idole. Cette jeunesse direct et sincère fait le buzz et se moque autant des rappeurs américains bling-bling que ceux issus de la vielle école. On n'a pas à s'en plaindre.

“I'm not just talking about raping a bitch.„ - Tyler The Creator

Par ailleurs, les propos misogynes, homophobes et violents sont à prendre avec du second degré, s'inscrivant soit dans la parodie, soit dans les histoires fictives de Tyler. Essayons de ne pas reproduire les mêmes erreurs de jugement que sur le « Sale pute » de Orelsan. Le pauvre a du faire sa rédemption commerciale à la suite de la polémique. Syd Tha kid figurait sur la couverture du magazine LA Weekly en Janvier. Je traduis le sous-titre : "Syd tha Kid d'Odd Future est une fille qui aime les filles. Que fait elle dans un groupe qui ne cesse de dire "Faggot" ?". "Ne nous prenons pas au sérieux, il n'y aura aucun survivant" - Alphonse Allais

 

La mixtape est tout de même décevante et répétitive. On reste dans l'attente de tous ces projets plus personnels qui naîtront par la suite. Disons que Tyler The Creator, génie et leader écrasant toute la troupe, doit viser dans la lignée de ses deux excellents albums, tout en renouvelant ses thématiques comme il le fait si bien à l'acoutumée. Sa façon d'articuler et sa voix sont toujours aussi jouissives. Difficile de se lasser d'une telle maîtrise technique. Le néanmoins talentueux Hodgy Beats a sorti quand à lui un EP gratuit intéressant nommé Untitled comprenant des instrus d'un certain Flying Lotus. Pour le reste, The Internet propose un morceau fantomatique et sans intérêt. Et quant aux quelques tentatives des plus ignorés du collectif, elle restent bien trop classiques pour trouver une place dans l’originalité que propose le reste du groupe. Le jeune Earl Sweatshirt fait lui son petit retour sur le track de fin, Oldie. Malgré les ratages et les déceptions, l'identité du crew se construit un peu plus et le disque entretient le mythe Odd Future toujours à base de chatons et de donuts.

 

C'était avec la bave aux lèvres qu'on attendait cette sortie d'Odd Future, qui remplit les promesses d'une mixtape, n'échappant pas au manque cruel de cohérence entre les différents morceaux beaucoup trop inégaux. Les quelques perles de l'album démontent cependant toutes formes conventionnelles de Rap US et s'épuiseront qu'après un nombre d'écoutes incalculables. Souhaitons au label de ne pas trop s'embourber dans le commercial facile. Soyons confiants à l'avenir, il y a du talent chez ces grands ados, bien plus modestes qu'on ne le pense. OF pourrait bien nous surprendre toute l'année avec les projets de chaque membre. 

 

http://www.ahoodie.com/wp-content/uploads/2012/03/OF-TAPE-VOL-2-e1332269006351.jpg

par Pneu Rouillé

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

YyrkoOn 31/03/2012 16:59

Vous avez quoi avec Orelsan ? Pourquoi vous parlez de cette daube FM pompés sur TTC et le KDL avec des refrains R'n'B pourris de partout ? Il vous interresse vraiment ou c'est votre pote ?

Sinons d'accord avec la chronique, et "The Internet" s'est vraiment moisi.