Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 16:00
Sortie : janvier 2010
Label : BEE Records


Après un premier maxi en 2006 et un album début 2009, Noone a décidé d'effectuer un virage musical en 2010 avec le EP Maybe The Last qui délaisse la légèreté de ses précédentes productions pour céder à une puissance qui se veut ravageuse.
Il débute sur le pied de guerre avec un Fuck The World énervé qui fait penser à du John Lord Fonda vrillé. Le Lyonnais est bien plus convainquant avec Dead tout aussi sautillant mais porté par des sonorités plus intéressantes. Il travaille la matière, les deux mains sur les potards, pour la faire évoluer dans des contrées rêches et venteuses. Une manière aussi de calmer le jeu avant Boring Little Boy, un titre plus downtempo dominé par une nappe qui progresse dans le bons sens. La voix de Noone y apparaît derrière un masque d'alien amateur de new wave. Ce passage apocalyptique mêle voix effrayante, beat décalé et claviers puissants. Les ambiances se suivent et ne se ressemblent pas... notamment avec ce Big Brother qui sonne comme une musique de jeu vidéo, notamment à cause de la mélodie 8 bits dominante, excité par une rythmique frétillante.
Le maxi se termine par un morceau de rap futuriste sur lequel apparaît K1000 et son flow découpé. Malheureusement un peu sous-mixé, son texte est difficilement audible. Le producteur y maîtrise toutefois les crissements synthétiques habilement pour sans doute le meilleur passage de cet EP assez inégal.
 
                                  
par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires