Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 10:25

Sortie : mai 2011

Label : G5 / Jumble

Genre : rap instrumental à tendance électroniques

Note : 6 / 4

 

Après quelques sorties sur différents labels internationaux, les producteurs/beatmakers russes ont désormais leurs propres structures de diffusion qui commencent à bien se roder. Deux exemples avec deux labels tous jeunes que l'on suit depuis ce début d'année et qui sortent presque en même temps deux maxis : G5 avec le local Nocow et Jumble avec Powell, Français qui a trouvé son pays d'adoption avec la montée de cette scène. Les expérimentations de ces deux artistes montrent deux facettes du son qui s'exporte le mieux du pays de Poutine.

 

Pulkovo Heights est une chaîne de montagne au sud de Saint-Petersbourg, ville d'où est originaire Nocow. Ce titre ne doit rien au hasard. Les broken beats du Russe respirent le grand air. Il a un sens de la nappe légère, un respect des volumes qui colle au paysage. Ses rythmiques font plus penser à des morceaux de bois qui s'entrechoquent qu'à des boîtes à rythme. Les huit titres débutent toutefois par le morceau éponyme au ronflement assez puissant, et dont seuls les bruissements nébuleux en arrière plan annoncent la suite. Les sept extraits suivants sont moins denses, offrent plus d'espace. Les beats sont feutrés, calfeutrés par le souffle qui déferle. Quelques foisonnements électroniques transparaissent toutefois, notamment au milieu de Black Mass à l'ambiance plus menaçante. C'est presque une surprise quand surgit un sample de voix sur Struggle. Il y a une certaine classe dans sa musique tant il évite la facilité pour façonner une mousse à la texture raffinée. Seuls les claquements emprunts viennent remuer cette mixture. Le retour à la ville se fait brusquement sur Orion et son kick plus dancefloor qui surprend avant de séduire, offrant une évolution bien menée. Le EP s'achève sur le bien plus naturaliste Sevah qui apaise les esprits avec toujours ce côté enchanteur. 

 

http://gimme5.info/wp-content/uploads/2011/05/Cover_500x500.jpg

 

Auteur de plusieurs mixtapes, remixs et maxis depuis 2006, Powell donne lui dans une branche plus synthétique et dynamique du beat. Il attaque d'ailleurs son maxi avec le funky et très glitché Wonky Pixel qui rappelle rapidement la scène californienne. Impression qui va se confirmer par la suite avec les six autres titres courts qui foisonnent de bleeps (Rythm & Wax) ou prennent des accents plus langoureux (Densui). Claviers nerveux, rythmiques qui fusent, le Français fait voltiger ses sons de toutes parts pour assiéger l'auditeur. Il nous fait penser à Flying Lotus bien entendu mais aussi à ses compatriotes de Turnsteak. Powell montre pour finir qu'il sait aussi calmer le jeu avec ce Premium plus tranquille, même s'il regorge de samples trafiqués qui malmènent la nappe planante dominant cet extrait.

 

http://i1.sndcdn.com/artworks-000006094456-hw7ahm-crop.jpg?6af6e0e

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires