Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:48

Sortie : 8 février 2010

Label : Monotreme Records

Genre : Dubstep

Note : 6/10

 

Difficile d’établir une cartographie précise de la musique de Nedry, les influences sont multiples pour un résultat empêchant toute classification. Dubstep, dream-pop, post-rock, noise, trip-hop ? Nedry se fout des genres, préfère malaxer le tout, au risque de dérégler les certitudes de l’auditeur. Histoire de mieux cerner le groupe, il est nécessaire de savoir que trio se compose d’une Japonaise, Ayu Okakita et de deux Anglais, Matt Parker et Chris Amblin. Le simple fait d’être domicilié à Londres ne pouvant que provoquer une explosion des frontières musicales.

 

Condors est le premier album du groupe, un album de seulement 8 titres pour une trentaine de minutes. Avant d’être disponible sur le label Monotreme, il est sorti discrètement en 2009 sur le petit label On The Shelf Records. Finalement, ces quelques mois auront permis de faire monter le buzz.

Condors est un objet très singulier, parcouru d’éclairs de génie et de passages beaucoup plus discutables. Les deux morceaux d’ouverture constituent sans doute le point culminant de l’album. Cette introduction suinte la drogue sale et la poisse. Ainsi Apples And Pears débute comme un sympathique morceau de folktronica, porté par la voix d’Ayu, avant l’arrivée d’une dépression fulgurante propulsant le morceau vers un dubstep aux basses lourdes mais tremblantes. Malheureusement, la suite n’arrivera jamais à égaler cette mise en bouche. On ne peut qu’être frustré devant tant de potentiel. Nedry semble vouloir taper dans tous les styles et perd lentement son fil conducteur. La voix d’Ayu Okakita qui se révélait agréable devient finalement éreintante sur Squid Cat Battle à force de vocalises haut perchées à la Björk. Même si la jungle mutante et énervée de Scattered procure son petit effet, on reste partiellement convaincu par la fin de l’album, beaucoup moins captivante, beaucoup plus propre.

 

Nedry est en train de créer le buzz outre-Manche par la force d’une musique insondable. Il est indéniable que le groupe possède un sacré potentiel que Condors esquisse à peine. Reste à savoir quelle direction va prendre le trio.

 

http://www.thelineofbestfit.com/wp-content/media/2010/01/nedry.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires