Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 09:33

Sortie : novembre 2011

Label : Smallville

Genre : Deep-house

Note : 9/10

 

Il m’a fallu du temps pour digérer cet album, du temps pour parvenir à ce constat désormais immuable : The Story About You de Moomin est le chef d’œuvre deep-house de 2011. Les écoutes ont du s’enchaîner, s’espacer, se vivre, pour rendre l’album tangible. Rare sont les LP arrivant à totalement figer le temps tout en supprimant l’environnement autour. Vous n’écoutez plus, vous êtes. Se retrouver dans une bulle pendant 1h, sans aucun effort nécessaire, est un luxe et Moomin en est l’instigateur.

 

Sebastian Genz est un illustre inconnu en France. Le berlinois ne joue d’ailleurs que chez lui pour le moment mais, soyez en certain, la reconnaissance finira par arriver. Le mec n’a jamais sorti d’album, tout au plus une poignée de maxis. Chez Smallville d’ailleurs, on évite de sortir des longs formats, le pari étant trop risqué. En gros, l’écurie pond un album par an et, à chaque fois, tape dans le mille (Christopher Rau l’an dernier, ici). La maison préférant la rareté de la perfection au gavage médiocre, c’est dire à quel point elle a confiance en Moomin.

Les coutumiers de John Roberts vont trouver ici le parfait médicament de substitution à Glass Eights (meilleur album tech/house de 2010 selon nous, ici et ici). The Story About You c’est de la deep-house d’esthète, un objet sonore d’une clarté irréprochable, possédant un grain unique et reposant sur un son d’une pureté absolue. Cet album pue tout simplement la classe !

Ce qui reste désarmant, c’est cette apparente facilité. Nous sommes loin, très loin, de la branlette musicale. Il n’est pas question de faire étalage de son talent mais uniquement de réussir à créer une ambiance propice à la danse lascive, à la béatitude teintée d’une fine mélancolie. L’album s’appuie principalement sur une lancinance permanente. Les morceaux se déploient rapidement pour s’imposer ensuite avec nonchalance, sans jamais recourir à la force puisque l’ensemble se base uniquement sur la répétitivité de sonorités cotonneuses ou cristallines. L’empreinte est durable et indélébile. L’album peut s’écouter en boucle sans jamais laisser l’impression de tout reprendre à zéro. L’éternel recommencement est une évidence et le délice intact.

Composé en grande partie avec du matos vintage (en gros toute la panoplie Roland), The Story About You n’est pourtant pas un album house rétro. Bien au contraire, il s’installe confortablement dans l’esprit deep-house actuel, laissant sa basse emplir l’espace et la coolitude l’emporter. Du sample tourbillonnant de l’entêtant You à l’atmosphère jazzy de Valentine, des fines notes de piano de The Story About You à l’ambiance décadente de Neither One (rappelant la deep-house new-yorkaise de Terre Thaemlitz), tout suinte la perfection. Les 10 morceaux composant l’album sont absolument irréprochables dans leur approche hypnotique du genre.

 

Nous sommes en novembre et le meilleur album de deep-house de 2011 est enfin tombé. The Story About You va vous faire aimer la house music. Il est d’ailleurs objectivement impossible de remettre en cause la qualité de l’ensemble. Vous faites face à un putain d’album qui pendant plus d’une heure va vous expulser de votre environnement pour vous escorter dans les profondeurs de votre âme. Vous n’avez plus qu’à vous laisser aller, vous avez entre les oreilles une pépite.

 

The-Story-About-You-Moomin-Smallvillelp04-AC165158-300.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Spektr 12/12/2011 19:39

Effectivement un des meilleurs albums deep-house de cette année déjà très riche ;) D'ailleurs je viens de découvrir le label Mojuba et son premier LP Kawasaki de Stereociti, je suis étonné que cet
album soit passé assez inaperçu, c'est aussi un très grand album de deep-house pour 2011 :)

Chroniques électroniques 12/12/2011 20:02



On passe à côté de pleins de bons disques... nous n'avons pas vocation à tout chroniquer. D'ailleurs, maintenant que tu viens de me parler de Stereociti, je m'en vais immédiatement l'écouter.


 


B2B.



Akinn 01/12/2011 21:22

J'aurais aimé être aussi enthousiaste que vous pour cet album. Il est certes très agréable, mais de loin pas aussi bon que celui de John Roberts. L'album de ce dernier m'a encore fait rêver durant
toute cette année 2011. Dur dur de lui trouver un remplaçant.

Julien Lafond-Laumond 20/11/2011 12:03

J'ai du mal à adhérer à ce concert de louanges. J'étais très excité à l'orée de ce disque (je connaissais que You qui est sublime), et en fait j'en ressors déçu et j'ai du mal à remettre le
couvert. Oui, Moomin a une intuition de samples assez fabuleuse, mais rythmiquement, qu'est-ce que c'est pauvre ! Je suis pourtant très adepte de musiques répétitives, mais là j'ai surtout une
impression de pauvreté, de linéarité vide. Et je le répète, mais rythmiquement, on dirait un ado qui bosse sur Fruity Loops, je peux pas laisser passer ça. Ça me rappelle du coup l'album de
Cavalier qui me fait le même effet, quelques ambiances sublimes mais qui paraissent avec le temps bien superficielles. C'est pas ces disques qui me feront décrocher du Roman Flugel ou du K-S.H.E,
pour ne parler que des disques récents.

Chroniques électroniques 20/11/2011 16:42



En même temps, ton commentaire est nécessaire pour modérer mes propos ainsi que les commentaires qui ont suivi. Ce n'est pas parce que je pense que l'album de Moomin est un petit bijou que j'ai
foncièrement raison, ça va de soi.



bouchonneau 19/11/2011 19:37

Perso je préfére l'album de John Roberts. Mais j'avoue sans conteste que celui de Moomin se place très au dessus du reste des productions actuelles. Pas de petit article sur le retour de Chaotik
Ramses?? J'ai grandi avec lui dans mon éducation électronique et le voir revenir me procure une émotion particulière. Souvenir souvenir...

Chroniques électroniques 20/11/2011 16:42



J'y jetterai une oreille.



Magi 17/11/2011 11:12


Super, grand merci à vous.