Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 11:23
Sortie : 23 novembre 2009
Label : Monolake / Imbalance Computer Music

En digne vétéran de la scène Ambient et IDM, Monolake poursuit ses expérimentations électroniques. Robert Henke est depuis 2001 seul à la tête de Monolake, Gerhard Behles ayant largué les amarres pour développer un logiciel de séquençage bien connu.
Malgré ce split, Monolake continue de dresser des édifices qui ne semblent pas ou peu connaître le phénomène d'érosion. Les chefs d'oeuvre Hong-Kong, Polygon Cities ou Gravity sont inscrits à jamais au panthéon du genre.

Silence est une oeuvre abrupte et difficile d'accès. C'est probablement l'album le plus minimaliste et le plus abstrait qu'il ait produit. Son ambient minimal est plus que jamais inspirée par le dub, tout en flirtant parfois avec les musiques concrètes.
Ceux qui attendaient une suite logique au récent maxi Atlas (chroniqué ici) vont être surpris.
Malgré sa relative difficulté d'accès, Silence se dresse telle une fresque cérébrale très réussie.
Pour ceux qui voudraient poser un premier pas dans les musiques électroniques intelligentes, ça risque d'être plus compliqué...
Henke n'a jamais lâché son approche intuitive du live. On peut même reconnaître cette noble démarche dans ses travaux de studio avec cette utilisation des séquenceurs quasi-unique. Il développe également les captures environnementales et des sonorités gentiment industrielles, qu'il retaille pour donner une dimension plus hypnotique et plus picturale à sa musique.
Les fréquences ondulent au gré des vrombissements de basses. Délicieux.
On retiendra plus particulièrement l'enivrant Infinite Snow (avec sa mandoline cristalline),  l'inquiétant Avalanche, les terribles et progressifs Internal Clock et Shutdown ou encore le givré Reconnect.

Robert Henke nous pond ici un diamant plus glacé qu'un iceberg. Sa musique n'a jamais cessé d'évoluer depuis le milieu des années 1990. La sortie d'un nouvel album est pour ceux qui le suivent, toujours bien plus qu'un événement. Inutile de rappeler qu'une écoute au casque est plus que recommandée.

                             
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shift. 27/11/2009 12:14


ça m'donne plutot envie de découvrir tout ça...
merci !