Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 00:03

Sortie : février 2012

Label : Imbalance Computer Music

Genre : Dubstech Ambient, Sound Design

Note : 9,5/10

 

Robert Henke est depuis plus de dix ans seul maître à bord du projet  Monolake, son compère Gherard Behles s'occupant principalement du développement d'Ableton Live. Les participations de Torsten Pröfrock étant plus que sporadiques, il n'est pas nécessaire de plus s'y étendre. Les péripéties ambient ont commencé au milieu des années 90, quand les fers de lance de la scène s'appelaient alors Biosphere, Future Sound Of London ou Photek. Parlons d'ailleurs un peu plus dès maintenant du dit Photek, pour mieux surligner par la suite les points communs qui l'unissent à Monolake.

En 1997, il pose à la même table l'ambient de ses premiers amours et une drum'n bass sauvage qui puise elle même toute son essence dans les improvisations dont seul le jazz est capable, baignées de sueur, de sang et de larmes. Je parle du légendaire album Modus Operandi, celui qui fit de Burial le baron du 2-step qu'il est aujourd'hui, car à ce niveau là on ne peut même plus parler d'inspiration.

Monolake a lui aussi depuis ses débuts convié sur sa couche ambient d'autres genres tels que la techno dans ce qu'elle a de plus minimaliste, de plus dialectique et de plus binaire, et le dub, celui qui enrobe les échos et les nappes spectrales d'une profondeur vertigineuse. Beaucoup tentèrent de l'imiter, pour un succès négligeable. On ne dompte pas Ableton Live comme ça, même en faisant l'acquisition de tous ses composants périphériques et des contrôleurs MIDI qui lui sont plus ou moins alloués.

Alors pourquoi citer Modus Operandi de Photek en préambule d'une chronique du Ghosts de Monolake. Parce qu'ils se ressemblent dans leur forme, dans leur excellence, dans leur "animalité" anarchique, et dans leurs absences totales de compromis. De plus, Monolake livre ici un chef d'oeuvre dont on n'était plus sûr qu'il soit capable. Et parce que ce dernier donne enfin les réponses du Silence désormais rompu de 2009.

 

On put lire un jour d'un certain Jérémie la tirade suivante :                                        

Ecoutez donc ceci, peuple stupide et irréfléchi : avec leurs yeux, ils ne voient rien, avec leurs oreilles, ils n'entendent rien.

Un certain Ernest lui répondit bien plus tard :                                                              

Quand certains entendent un écho, ils s'imaginent avoir produit le son.

 

Si Silence avait investi l'espace avec profondeur, les interstices de Ghosts laissent deviner le poids et l'importance d'un silence aujourd'hui révélé. Si l'exceptionnel titre d'ouverture ne laisse que peu de place au round d'observation, il y a pourtant dans les émanations qui s'échappent de cette jungle intemporelle et urbaine, des odeurs de matins calmes qui accouchent de volées de napalm. Plus particulièrement dans les traits purs jusqu'au-boutistes du sound design de Toku. C'est dans les contours presque "warehouse" à suivre de sa techno déviante que Monolake fait ressortir toute la bicéphalie de son esprit, et du notre.

Comme quand les simiadés se séparèrent en deux grands troncs, les singes du nouveau, et ceux de l'ancien monde. Chacun devra choisir son camp dans l'épopée guerrière et féroce qui se libère des effluves de Ghosts. Car quand des rythmiques apparentables à un dubstep (dépourvu de ses enveloppes "wobble" et concentré uniquement sur ses mécanismes aussi primaires que dévastateurs) fondent sur la nappe et le prisme pour mieux le fractionner, il y a comme une impression de scission entre les pôles, jusqu'à ce qu'ils s'ouvrent définitivement en deux. Car si la guerre est tenace depuis les fondations érigées dès Hitting The Surface, elle prend une toute autre dimension annihilante au centre de The Existence Of Time. Ce n'est plus un conflit, c'est une boucherie qui laissera pas mal de hobbits sur le carreau en ce Mordor moderne.

Jusqu'aux premières minutes de Phenomenon, trêve de courte durée dans la matrice cérébrale avant le cri de ralliement d'éléments supplémentaires. Ce hurlement digital à 3:30 dans un néant sinistre et dévasté, a le don de terrifier les plus aguerris de l'ambient le plus dark et du sound design le plus abouti. Des textures poisseuses et agglomérantes libèrent des mécanismes régénérateurs pour les guerriers hybrides déchus sur Unstabble Matter. La guerre entre ceux d'hier et d'aujourd'hui sera technologique ou ne sera pas. Elle ne sera pas non plus télévisée, les spectateurs commentateurs ont fui pour construire à la va vite une ambassade de paix sur les ruines de la précédente. Lilith relance donc une bataille déséquilibrée après ce court mais intense effort de paix.

La cavalerie rythmique sombre est en marche, écrasant toute matière organique grouillante et résiduelle. Le beat devient martial et gagne en frénésie. Aligning The Daemon et sa conversion cryptique aux armées obscures dressent la scène final de ce théatre conflictuel. Les tambours (qui résonnent d'une manière étrangement naturelle) de Foreign Object n'y changeront rien. Les derniers coups sont féroces et ne veulent pas laisser de survivants. Il ne doit plus y avoir de témoins de l'Histoire. A Rome, il n'est plus question de faire comme les romains.

 

Nombreux seront ceux qui critiqueront cet album, pour les même raisons que certains l'aduleront. Monolake a même eu l'intelligence de déplacer le conflit (d'avis celui-ci). Mais rappelons à ceux qui souffriront de mémoire sélective que sa dérive rythmique n'en est pas une. Sur CCTV (Polygon Cities de 2005) ou même Infinite Snow et Far Red issus de Silence, on trouvait déjà les esquisses du chef d'oeuvre d'aujourd'hui. Monolake officie dans une certaine continuité, celle qu'il définie depuis maintenant plus de quinze ans. Ghosts est un album violent et mutant, aussi intemporel que futuriste. Travaillé à l'excès pour satisfaire les plus exigeants esthètes du laptop. Il y a des albums qui donnent comme ça subitement l'envie d'acquérir la platine qu'on a pas.

A l'heure ou Ghosts rejoint un certain Panthéon, Monolake sera visible et entendable le même soir que l'excellent Pimmon en live à Paris (gratuitement) le 31 Mars, dans le cadre des Présences Électronique à l'initiative du GRM. Comment vous convaincre que cette soirée sera probablement celle de l'année ?

 

http://www.monolake.de/files_images/cover/large/ml-026.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Philippe 01/04/2012 20:20

Il y a quelques semaines, j'ai lu cette chronique et je me suis procuré l'album. Depuis, je l'ai écouté maintes fois et ce qui m'impressionne le plus c'est la qualité du son obtenu. L'esthète
sonore le plus exigeant n'aura rien à redire tellement les glitchs, les basses et les sonorités les plus extrêmes sont bien travaillés. Je ne peux qu'être subjugué devant un grain aussi pur et
clair. Voilà pour moi. Les premières écoutes ont été divertissantes, mais après plusieurs je suis entièrement conquis. Merci pour cette chronique.

BT 31/03/2012 22:48

Concert étrange au 104 ! Connaissant Monolake, étrange n'est pas péjoratif du tout. Sous son vrai nom (Robert Henke, pas techno du coup), il nous a servi un paysage sonore dense, complexe, varié,
oppressant, riche... Les mots manquent pour décrire la pièce "Tau", première pièce expérimentale à laquelle j'ai réussi à vraiment accrocher. Il y décrit une tempête 100% électronique, dans
laquelle je me suis projeté, entre environnement urbain, montagne, guerre, mer... Bref, on ferme les yeux et on part très loin. L'acoustique de la pièce était particulièrement adaptée pour ce
voyage, avec une stéréo assez dingue, pourvu qu'on soit assez près du centre.

Merci de m'avoir fait découvrir l'artiste sous un autre angle.

TechNono 28/03/2012 22:16

Moi aussi je me suis fais plaisir et j' ai commander le disque ;)

Quand je l' ai reçu, j' ai bloqué un moment devant la magnifique photo qui fait couverture en me disant: "Bordel, si je rentre dans cette jungle, dans quel état vais-je en ressortir?"

Alors j' ai pris mon courage à deux mains, me suis enfoncé là dedans gonflé à bloc,sûr de moi, en leur riant au nez à ces foutus Ghosts: "you do not exist". Mais a peine Toku entamée j' ai compris
qu' il était trop tard, j' étais allé trop loin, perdu en milieu hostile.

En effet les tracks ambiant sont des bijoux. J' ai l' impression de céder a la paranoïa au point de m' évanouir sur Phenomenon puis me réveiller vaseux, la tête pleine de carillons (sur Unstable
Matter) jusqu' à que tout se remette lentement en place ( à partir de 1'10) et que l' angoisse reprenne le dessus.

Quant à Afterglow, The Existence Of Time, Aligning The Daemon (que celui qui n' entend pas craquer les arbres sous l' effet de la tempête soit foudroyé sur le champ!!!)et Foreign Object j' en
mouille encore le caleçon!!!

amx noisesystem 22/03/2012 13:24

Une tuerie cet album !

J.E 15/03/2012 23:44

Aha, à la vue des horaires des concerts au 104, je me réjouis d'avance de pouvoir être aux deux!