Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 15:12

Sortie : septembre 2011

Label : Monkeytown Records

Genre : Electro, hip-hop

Note : 4/10

 

 Modeselektor, en soi, ne fut d’abord qu’une énorme blague : un défouloir aussi allemand que gras, efficace en club, indigeste comme une Wurst avariée chez soi. J’avais personnellement bien aimé les EP et singles qui précédèrent leurs deux premiers albums, par où le succès leur tomba dessus dès 2005, entre promo BPitch, featurings en tous sens, et quelques excellents morceaux taillés pour les dancefloors (dont le fabuleux Hasir). Mais voilà, outre l’échappée laborieuse de Moderat (chroniqué ici), Modeselektor s’est depuis surtout illustré à travers compilations, mixes et podcasts à la qualité plus que variable (exemple ici avec le Body Language). Et boum, nous arrive cette troisième galette très attendue, Monkeytown, sur leur propre label.

 

Incontestablement, ce nouvel album s’inscrit dans la continuité des précédents. Oscillant entre turbines electro et rythmiques hip-hop, avec une touche d’IDM à l’ancienne, on est en terrain connu. La tracklist elle aussi ne surprendra pas, avec onze titres dont huit collaborations savamment sélectionnées en labo marketing. Commençons donc avec les trois morceaux de Modeselektor himself, parmi lesquels le premier titre du LP, Blue Clouds, dont les boucles electro sont étirées à l’extrême pour remplir six minutes, là où deux auraient amplement suffit. German clap envoie une montée electro basique sur fond de rythmiques ragga/dancehall qui gagnent en efficacité ce qu’elles perdent en subtilité. Quand à Grillwalker… bof, non, pas la peine de parler de cette electro désespérément insignifiante.

Il reste donc les featurings. Malgré un refrain complètement pourri, le flow de Busdriver sur Pretentious friends passe encore, quoique l’interlude de milieu de morceau plombe totalement le substrat electro-hip hop qui manquait déjà de génie. Ce n’est pas le cas de Miss Platnum, qui échoue lamentablement sur Berlin et son finish RnB dégueulasse (mais laissez donc Berlin tranquille !). Idem pour PVT et Siriusmo sur un Green light go en forme de balade electro-pop insipide. La collaboration de Sascha Ring est suffisamment discrète pour ne pas être remarquée, et c’est tant mieux pour lui, puisque War cry en fin d’album donne effectivement envie de pleurer face à tant de platitude. Même le morceau Humanized et l’aide d’Antipop Consortium ne parvient pas à convaincre, la faute à l’intro, reprise en refrain et en outro, qui plombe un flow pourtant bien senti (applaudissons quand même la prise de conscience de Modeselektor, qui a salutairement abandonné TTC pour AC, on y gagne nettement au change).

Il reste un Evil Twin avec Otto von Schirach, qui claque une electro bien rentre-dedans, assez semblable au morceau Black Block sur Happy Birthday !, bien qu’il soit impossible de cerner ce que ce pilier du breakcore a pu apporter au track, qui envoie du Modeselektor dans le texte. Et puis il reste les deux collaborations avec Thom Yorke (chanteur de Radiohead, si quelqu’un peut l’ignorer). M’est avis qu’en comparaison avec The White flash, son premier featuring qui m’avait profondément lassé sur le précédent album, Thom Yorke parvient ici à justifier sa présence de façon beaucoup plus conséquente. Modeselektor lui adapte une electro un brin mélancolique sur Shipwreck, et le chant gentiment schizo du bonhomme rattrape de justesse un This musicalement abscond.

 

Clairement, ce Monkeytown ne justifie pas l’attente fiévreuse qui l'a précédé. Nul doute cependant qu’il va rapporter du fric, en se posant au carrefour de tout ce qui fait sauter en l’air les gens en club après avoir suffisamment ingurgité de prods et d’alcool. Sobre, c’est pourtant l’ennui qui triomphe, et la conviction que jamais notre duo de Modeselektor ne parviendra à réaliser un vrai bon album, se contentant d’alterner sans défaillir le pas très bon avec le franchement mauvais. Mais qui en doutait vraiment ?

 

http://www.antiquiet.com/wp-content/uploads/2011/09/modeselektor-monkeytown-500x500.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

InspectorNoise 19/09/2012 15:23

Cet article truffé d'inepties a retenu mon attention.
"...qui échoue lamentablement sur Berlin et son finish RnB dégueulasse..." Qu'est-ce qui vous fait dire cela, pas de détails ? C'est bien beau de faire de jolies phrases qui cassent franchement
Modeselektor, encore faut-il qu'elles soient justifiées. Parce que dire que c'est nul, tout le monde peut le faire. Mais là seulement c'est faux. Quand je lis des absurdités pareilles je me demande
franchement si ce n'est pas un gamin de 14 ans haineux qui a rédigé ce torche-cul !! Non mais c'est juste incroyable, comment peut-on ne rien y connaître à ce point ? Et ça se permet d'écrire des
"critiques" ? Faut se réveiller les gars, une critique ça ne se fait pas à la légère !
Tu crois vraiment que Modeselektor a besoin de conseils musicaux venant d'ignares comme toi P.A. ?

Et puis la note ! 4/10 pour cet album ? Mais alors dans ce cas des bouses comme les albums de Guetta et Cie tu leur mets combien ? 1/10 ? Pareil, une note ça ne se met pas à la légère, je te
conseillerais bien un barème mais j'estime qu'au point où tu en es, ta médiocrité est irrémédiable et tu ferais juste mieux de mettre un terme à ces pitreries.

Opolopo 25/04/2012 18:53

Très réac, cette rédac...

Paranoiak 16/03/2012 03:53

Il est excellemment mixé cet album. Mais j'avoue ne pas l'avoir trouvé exceptionnel... "Evil Twin" c'est à la limite du pouet / pouet (certes avec un poil plus de bon goût que ce qu'on entend
habituellement).

J'ai largement préféré le dernier album d'Extrawelt même si c'est pas tout à fait la même chose.

rubirubi 22/02/2012 16:48

pffffffffffff! non quelle honte de dire autant de merde sur mdslktr c est pas permis ! pour une critique musicale ca me semble tellement personnel ce dégluingage de groupe, pourquoi tant de haine?
Ils ne t ont pas fait entrer dans leur loge lorsque tu as tenté (en vain faute de tout talent journalistique discernable en toi, bla bla bla)
Une belle merde cette revue ! lol

08/10/2011 15:24


Critique bien sévère, l'album reste une tuerie et Modeselektor innove toujours malgré une touche qui se retrouve d'album en album. Les tracks avec T.Yorke, Busdriver et Miss Platnum sont quand même
rare chez les producteurs electro d'aujourd'hui!


Chroniques électroniques 08/10/2011 16:24



Si tu penses que les morceaux avvec T. Yorke and co sont rares chez les producteurs électro d'aujourd'hui, je te conseille alors de lire ne serait-ce que les chroniques de ces 15 derniers jours.
Tu vas te rendre compe à quel point la musique électronique se porte bien sans Modeselektor.