Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 13:18

Sortie : 29 septembre 2009
Label : Get Physical

Genre : Electro-techno

Note : 6/10

Juillet 2005, Toulouse, minuit, cour de l'hôtel particulier d'Azzézat. Modeselektor n'a pas encore sorti son premier album, la foule est éparse mais le duo entame un live impressionnant d'énergie communicative. Les voisins n'en peuvent plus. Au bout de 20 min, ce sont les CRS qui viennent nous expulser pendant que nos deux comparses poussent à l'émeute en gueulant "Fuck the police !". Quand on rencontre un groupe sur une telle dimension punk, on ne peut qu'être séduit.
Depuis, Gernot Bronser et Sebastien Szary ont conquis le monde à la force de leur son mélangeant techno, dub-step, hip-hop et j'en passe. Get Physical a donc demandé aux Berlinois de livrer une compil' pour leur classieuse série Body Language, en attendant la sortie prochaine d'un nouvel album.

Point de finesse ici, bienvenue dans le royaume de l'électro brutale et ludique où la 8°6 coule à flot. La force de Modeselektor a toujours été leur souplesse d'esprit. Le grand écart est de mise entre la minimal de Robert Hood qui s'enchaîne avec la fidget-house dancehall de Major Lazer. En 29 titres, le groupe passe du coq à l'âne. Après un début efficace entre Rustie et Boy 8-Bit, se succèdent des titres de Busta Rhymes, Siriusmo, Boys Noize ou bien encore Animal Collective. Le tout étant excessivement bien mixé et le groupe s'interdisant plus de deux minutes par piste, le résultat est un fourre-tout autant jouissif qu'indigeste où dub-step et techno bourrine se taillent la part du lion.
Une seule solution pour "apprécier" ce menu Big Mac : vider 3 packs de bières, de préférence achetés chez Lidl. Vous êtes ainsi sûr de danser comme un abruti et de vous marrer comme un crétin, car ce n'est pas avec cet album que vous allez pécho en boite. Mais ce n'est finalement pas un reproche. Parfois, les mixs les plus régressifs s'avèrent les plus contagieux.

Body Language vol.8 ne marquera certainement pas l'histoire du groupe. Mais Modeselektor montre une fois de plus l'étendue de leurs influences avec ce mix bourrin et ludique qui n'a qu'un seul but, faire gueuler vos voisins pour qu'ils finissent par appeler les flics pour tapage nocturne.


par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

A 30/10/2009 00:29


véridique !