Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 10:38

Sortie : mars 2011

Label : Gimme5

Genre : Abstract hip hop synthétique

Note : 5

 

L'an pasé, le label Error Broadcast avait sorti Fly Russia (chroniqué ici), une compilation consacrée aux producteurs russes en partenariat avec un collectif de Sibérie baptisé Gimme5, ou G5 pour les intimes. Parmi les artistes mis en avant, Moa Pillar nous avait régalé avec son puissant Water Lilly. C'est ce même Moscovite de 19 ans que l'on retrouve pour la première sortie de G5, devenu label entre temps, qui donne dans un abstract hip-hop synthétique.

 

Cet EP six titres est massivement dominé par ce fameux Water Lilly qui nous est resservi pour notre plus grand plaisir. Le son est nerveux, entraînant, les évolutions prenantes et ce chant arabisant envoûtant. L'extrait fait figure de véritable locomotive qui emporte tout sur son passage et ne laisse finalement que peu de place à d'autres morceaux. Le vrombissement des basses est contrebalancé par ces bleeps égrenés comme les secondes d'un compte à rebours et cette caisse claire qui cogne sans relâche.

Le Russe se sert ensuite des ingrédients qui font la réussite de ce titre pour le reste du maxi, mais sans toutefois retrouver la même force. Il y a cette voix arabisante sur Lake Mystery qui n'a pas de mystérieux que le nom, puisque la mélodie pose une ambiance inquiétante et merveilleuse avec ses carillons scintillants autour d'une rythmique décharnée. L'extrait éponyme est aussi bien mené avec ses bleeps foisonnants et encore la présence de chant finement filtré.

Seules entorses à ce monde numérique, humanisé que par les voix, de rares samples d'instruments comme cette guitare et cette flûte qui émergent sur Red in Rainbow. Tellement maltraités, ces sons donnent l'impression d'être le vestige d'une époque révolue dont les souvenirs résident sur des supports qui n'ont pas résisté à l'épreuve du temps. La flûte apparaît également sur Flying Low pour calmer l'ouragan électronique.

 

Moa Pillar nous montre que son Water Lilly n'était pas qu'un heureux incident, même s'il domine largement cet EP dont les autres titres ne sont pourtant pas de simples faire valoir.

 

http://gimme5.info/wp-content/uploads/2011/03/G5001.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires