Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 17:22

Sortie : juillet 2011

Label : Modern Love

Genre : Techno, indus, dark-ambient

Note : 7/10

 

Facets, c’est le nom du premier EP de Miles, projet solo de Miles Whittaker. On connaît déjà notre homme pour incarner les moitiés de Demdike Stare, dont le vénéneux Tryptych en 2010 avait retenu toutes les attentions, et de Pendle Coven, auteur d’un intéressant mais aride LP en 2009, Self Assessment. Il fit également partie du méconnu Daughter of the Industrial Revolution (Cotton Goods), dont le Variable Resistance de 2009 mériterait amplement d’être mieux écouté. Sorti sur son label habituel Modern Love, que nous réserve ce premier effort solo du Britannique ?

 

Le point commun des quatre tracks présentés, c’est leur même univers, sidérurgique plus qu’indus, et lugubre plutôt que dark-ambient. Bienvenue dans une usine beaucoup plus infectée que désaffectée, qui produit à tous les étages des samples métalliques d’orfèvre, tous plus rauques et plus froids les uns que les autres. Aucun son de cet EP n’échappe à cette texture, et hormis la rythmique finale tech-house un peu douteuse de Primer, jamais la lueur du ciel ne parvient à percer. De plus, comme dans ses projets principaux, le son est excellemment spatialisé, et le travail de prod’ rapproche encore un peu plus l’auditeur des forges infernales. Rythmique indus lourde et étouffante sur une première moitié de Flawed avant de plonger dans un ambient franchement suffocant, suivi par le dub glacé à la Deepchord sur Lustre, Miles décline effectivement en autant de "facettes" son art de l’acier. Seul le drone un peu particulier de On the fly, qui semble mettre en musique la naissance, la vie et la mort d’une turbine, tranche avec les précédents titres, en proposant une électronique moins catégorisable, et donc plus aventureuse.

 

Quoique cette courte déclinaison en facettes sente un peu l’exercice de style et la recherche d’une sonorité d’ensemble cohérente, il reste que ce premier coup d’essai solo témoigne d’une approche personnelle de Miles Whittakers, là où l’on aurait pu craindre une fusion un peu nunuche des deux projets pour lesquels il était connu jusque là. Tant mieux, et on espère à bientôt !

 

http://1.bp.blogspot.com/-DS153E5T1Mw/ThDIwKRuMoI/AAAAAAAAB-I/iPZQk9ds9iY/s1600/miles.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires