Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 17:43

Sortie : 16 mai 2011

Label : 33 Recordings

Genre : IDM, Downtempo, Ambient

Note : 7,5/10

 

Depuis ses premiers EP, Miktek est porteur de maintes promesses. Son premier album, l'élégant quoique un brin trop éthéré Anisotropy (chroniqué ici), est paru sur Abstrackt Reflections il y a tout juste deux mois. La soudaine sortie d'un nouvel EP de Mihalis A. ne pouvait que réjouir, et la question de savoir s'il creuserait le sillon de son album ou opterait pour le renouveau se posait sérieusement. Comme pour son Laboratory EP, la sortie revient au très bon netlabel grec 33 Recordings.

 

Quiet EP fait davantage que combler les espérances. Il atteste d'une maturité impressionnante, et se démarque, comme a su le faire Anisotropy, des réalisations antérieures de Miktek. Les émotions ressortent de façon brute, presque primale. Tristesse, désespoir et mélancolie pâle affleurent, les ténèbres ondoyants contrastent avec les perles liquides des mélodies, et la charge de puissance retenue a de quoi sidérer. L'IDM de Miktek n'a pas perdu sa dimension downtempo, mais elle s'orne ici d'une ardeur impétueuse, d'une violence contenue et magnétique qui érafle les beats et les textures. Au cours de ces six titres, on flirte avec des voiles d'ambient, l'ossature rythmique a des allures martiales, délicatement glitchées, et on se prend à l'occasion des turbomoteurs numériques dans la gueule (Lomo). Alors que Anisotropy avait tendance à traîner quelque peu en longueur, la progression de Quiet paraît fascinante.

A l'origine, les éléments se déchaînent, l'apocalypse a effectué un passage rapide mais durable, et le quidam moyen se retrouve au milieu de déserts de gravas et de tôle, ahuri et entouré de volutes radioactives. L'excellent Quiet décrit l'oppression et l'inquiétude alarmée, magnifiées pourtant par l'éclat irréel des situations extrêmes. Que dire de Lomo.. si ce n'est qu'il est l'auguste sommet de cet EP. Son introduction glaçante, astrale et poussiéreuse n'est pas sans relents de cyberpunk. Puis c'est l'escalade. Et lorsque vient la déflagration, on décède sous tant de beauté vierge et terrifiante. Le nuage toxique retombe alors lentement. Syntetic Wires vrille encore, mais la trame de fond s'est apaisée. La nuit apporte son lot de réconfort, et de démons. Des vents peu rassurants traversent Midnight Elements, mais les notes étoilées, s'égrenant peu à peu, évoqueraient presque des cieux plus cléments. La fin de l'EP signe la cicatrisation. Sur des tons de quiétude sinon d'espoir, Life In Reverse et le très beau Cell clôturent cette épique parenthèse. L'ambient a pris l'avantage, la conclusion n'est point heureuse mais les meurtrissures ne brûlent plus.

 

Avec cet EP torturé, obscur et brillamment inspiré, Miktek prouve à la fois sa capacité à évoluer et sa place parmi les meilleurs compositeurs du genre. 33 Recordings livre ses sorties gratuitement, cette perle noire est ainsi à la portée de quiconque ici-même. Voguez donc bien.

1979732448-1

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires