Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 14:07

Sortie : 7 juin 2010

Label : Kompakt Records

Genre : Mix house

Note : 7,5/10

 

Immer 3 est Le mix pop-house-trancey de l’été, comme ça, c’est dit !

C’est quand même dingue qu’un type comme Michael Mayer arrive encore à clouer le bec aux petits jeunes avec ses Immer volontairement intemporels. Déjà qu’en 2002 il nous avait fait le coup avec sa première monture, élu meilleur mix de la décennie par Resident Advisor, et qu’en 2006 il avait remis le couvert avec panache, le teuton vient une nouvelle fois caresser nos oreilles avec son troisième exercice.

 

Le but des Immer de Mayer n’est pas de faire étalage des nouveautés dans le vent, ni de montrer l’étendue de sa technicité aux platines mais plutôt d’offrir une parenthèse électro impossible à figer dans le temps. La structure formaté du mix contraint Mayer à enfermer ses plages house entre deux morceaux d’électro-pop ambient et son mix ressemble davantage à une sélection classieuse et pourtant, une fois démarrée, rien n’y fait, vous êtes sous le charme.

L’intro dominée par la classe anglaise d’un Ewan Pearson remixant avec légèreté Cortney Tidwell a pour unique but de vous emmener progressivement vers un terrain bien plus dansant. Immer 3 est intelligemment progressif et possède ce côté extasié des mixs parfaits qu’on rêverait d’entendre à 6h du mat’ sur une plage. Pour cela, Michael Mayer évite l’esbroufe de la surenchère. Résultat : 11 morceaux prenant leurs temps pour 6 minutes minimum par piste. Entre un remix house feutrée et chancelant du Guinea Pig de Ben Watt d’un DJ Koze toujours inspiré et la bombe house Edges Of Corrosion de Tim Paris avec son cut brûlant vous transformant en éponge, on ne peut que danser lascivement. Même l’insipide Charlotte Gainsbourg en ressort transformée par un Superpitcher fidèle à lui-même dans sa construction pop-house qui chaloupe progressivement jusqu’au 7e ciel. La pop-ambient follement romantique du New Day de Kinky Justice se charge de sceller brillamment le mix.

 

Parfait de bout en bout, sans aucune faute de goût, résolument pop dans son approche, en parfait adéquation avec son époque tout en se moquant des modes, Immer 3 démontre l’approche tout en finesse de Michael Mayer. Le boss de l’écurie Kompakt reste décidément une référence depuis plus de 10 ans. Respect.

 

http://1.bp.blogspot.com/_rmyNiUuA0_Q/TFmGK75qUhI/AAAAAAAAEPk/Z_G95ZwZrTM/s400/kompaktcd83-immer_3.jpg

 

par B2B

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

delmas 02/08/2010 12:41


oui , parfait de bout en bout -
je ne connaissais pas jusqu'à aujourd'hui, mais si ce M mayer est effectivement allemand , cela ne m'etonne pas du tout , voyant là , un echo lointain avec sa famille electro allemande , dont klaus
schulze (lointain , non ,tout proche )


Benjamin F 23/06/2010 14:16


Bon je vais rejoindre YyrkoOn et le clan des dissidents... :)


Chroniques électroniques 23/06/2010 17:15



Ah non, pas toi aussi.


Je m'en fous, je reste sur ma position.





 


B2B



l'Astre 18/06/2010 18:39


Putain j'suis d'accord avec YyrkoOn ! (enfin il est d'accord avec moi puisque mon avis sur cette release date de bien avant le sien et que donc... (je ne lâcherais rien!).

Bon ! Déjà, c'est bon d'avoir des super pouvoirs !:)
Ensuite, je trouve que Michael Mayer, en plus d'être désagréable, de ne "jamais" sourire et de donner l'impression de porter toute la souffrance du monde sur ses épaules - selon l'expression
consacrée -, fais de plus en plus... de la merde... Disons depuis 2002 (excepté le immer 2 qui est juste passable, dans le fond ; et le meilleur des trois musicalement, c'est dire... (le
premier
étant - à mon sens - très sur-coté : le speicher 2 est bien meilleur par exemple, en comparaison (le 1 aussi mais c'est moins évident).

Ce que je tente vainement de formuler , c'est qu'il n'y a plus "rien" de "kompakt" dans ce gars et que c'est le "seul" avec superpitcher, a ne pas (plus) assumer le cote schlager en diable et
très
chicago house (Cajual que je conseil tellement c'est une tuerie ) de "toutes" les productions du label : il a une approche trop anglo-saxonne de la musique avec un cote parisien (comprendre avec
un
cote provinciale débarquant dans la capitale (je vous ferrez un tuto sur comment reconnaitre les vrais parisiens - comme moi^^ - des autres branleurs qui font tous leur possible pour effacer
les
indélébiles stigmates d'une enfance passée en provinces ! ), insupportable. Bref, n'en attendant pas grand chose et ne fréquentant pas de toutes manières le regine, par exemple, tout va bien
dans
le meilleur des monde...



Ps : Il a intérêt a ne pas arrondir les beats Marcel ! A ce soir... (j'aurais un chapeau melon et une orchidée à ma boutonnière !...) (non en fait j'aurais ma bouteille d'eau, des tatouages
partout, et à 4 h j'allumerais de quoi bien finir la soirée - à mes risque et périls!...)...(Ce que j'aime les "riques et périls"...) ! (ponctuation validée par jacques drillon dont je conseil
les
autres livres, au passage).

+

l'Astre


Chroniques électroniques 18/06/2010 21:35



Toujours aussi impénétrable l'Astre...



YyrkoOn 18/06/2010 06:28


J'ais dut manquer quelque chose dans mon éducation musicale . On a affaire ici a un artiste assurement talentueux et respecté, mais rien y fait, j'y arrive pas ... Pas envie de me lancer dans une
analyse tant les seuls mots qui me viennent a l'esprit sont inoffensif, convenue et soporifique. C'est bien gentil de vouloir faire durer les morceaux, mais alors pourquoi les mixer ??? Une
compilation m'aurait au moins permis de les mixer moi même, mais la j'ais juste mixé avec ma touche avance rapide en esperant qui se passe un truc. De toute facon, on a en gros le premier morceau
de la page myspace de chaque artiste ...

Je suis peut etre un peu dur et j'imagine que je vais etre contredit (et tant mieux car comme diraient Arnold et Willy :"il faut de tout pour faire un monde") mais j'en fini par penser que je ne
suis tout simplement pas le public visé par se genre de mixe.

J'aime decouvrir des morceaux rares, tripper sur des superpositions et des enchainements surprenants, subir une jouissive cadence infernale ou au contraire me faire balader par differents rythmes
et couleurs pour vivre un voyage de l'interieur et participer a l'histoire que me raconte le DJ. La j'ais juste un habillage sonore qui m'enmene pas plus loin que jusqu'a un physio zélé au
dresscode trop pointilleux.

Pourtant certains morceaux de Supermayer me plaisaient bien, j'ais dut louper un truc ...


Chroniques électroniques 18/06/2010 10:57



Mais je te comprends.


Cet Immer 3 est comme tu le dis "inoffensif". Mais réussir à proposer un mix facile est justement pas si simple. Mayer arrive cependant à me transporter à chaque fois. Ce n'est pas une question
de technique et heureusement car cet Immer 3 est franchement trop léger avec ses enchaînements pantouflards. Pourtant la sauce prend.


J'ai plus souvent besoin d'un mix léger et cool que d'un mix complexe. J'ai plus souvent besoin que la musique parle directement à mes jambes plutôt qu'elle se complexifie pour m'obliger à
l'intellectualiser. A ce petit jeu, Mayer est justement très bon car ses mixs puisent leurs forces dans leur facilité d'approche sans jamais pour autant prendre l'auditeur pour un crétin.


Il y a aussi ce côté très ensoleillé, très pop, dans ce genre de mix qui me parle immédiatement. Que veux-tu, le fait d'avoir vécu une grande partie de sa vie dans le sud, ça laisse des traces et
je recherche davantage la lumière que l'ombre (surtout en cette période de l'année).


 


B2B.