Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 17:42

Sortie : janvier 2011

Label : autoproduit

Genre : Folk, Electronica

Note : 7/10

 

Ce n'est pas la première fois que nous consacrons quelques lignes aux travaux de Melodium, aka l'Angevin Laurent Girard. Parmi ses nombreuses réalisations, on retiendra plus particulièrement La Tête Qui Flotte et Palimpse (ici), sorti l'année dernière chez le toujours très émotionnel Symbolic Interaction de Kentaro Togawa. C'est cette fois-ci avec dix titres courts, débarrassés des cahiers des charges des labels que Melodium revient faire parler de lui, avec cet intriguant et joli Petit Jama.

 

Ceux qui se souviennent du pharaonique Insomnia et plus généralement des field recordings de Palimpse conviendront sans doute que Melodium est désormais en droit de s'assujettir à un peu de légèreté. Ce côté "fables pour adultes n'ayant pas complètement déserté l'enfance" est à nouveau présent, tout comme l'esprit définitivement aventureux de son auteur. Cette fois-ci le piano est l'élément métronome, même si les cordes et les field recordings n'ont pas disparu. Si certains titres mélancoliques ont un effet assez immédiats (Sarah, Saturne...), il n'est cependant pas rare d'entendre l'Angevin céder aux sirènes de trames plus expérimentales. En attestent Pénombre ou Zolam, avec pour le dernier cité un côté techno hermétique noisy assez surprenant. Sur Périhélie, on retrouve ce côté si cristallin et si aérien qui fait immédiatement penser au spectacle d'un lever de soleil au sommet d'un mont nippon. Les expérimentations venteuses de La Bohalle et ses claviers profonds ne sont pas forcément d'un apport indispensable mais trouvent une assise non négligeables à ce moment là de l'oeuvre. Falaise, mais surtout Septicem et ses parasites bien glitchés sont d'une tout autre facture. Tout comme le bien nommé et chatoyant Claritech de fin.

 

Si les drums étaient les grandes absentes de Palimpse, elles sont ici bien là. Entre folk et électronique, Melodium est définitivement un conteur hors pair, que ces fables soient brouillées par les expérimentations ou non. Des artistes comme celui-ci sont forcément trop rares. Ceux qui le souhaitent peuvent écouter Petit Jama dans son intégralité, se le procurer en format CD-R ou en digital en cliquant ici pour une somme on ne peut plus symbolique. Ce n'est pas moi qui risque de les en dissuader.

 

http://bandcamp.com/files/28/46/284695212-1.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Csoc 04/02/2011 17:36


un peu déçu par cet EP...


Chroniques électroniques 04/02/2011 18:35



Dommage que tu n'argumentes pas un peu plus la nature de ta déception...