Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 13:49

Sortie : 2 Avril 2012

Label : Traum

Genre : Techno

Note : 7,5/10

 

Max Cooper est une valeur montante de la sphère techno. Depuis 3 ans, l’anglais nous abreuve de morceaux trancey de plus en plus maitrisés. Pour le moment, le bougre n’a pas encore sorti d’album mais étant donné son côté prolifique, je miserai bien une pièce sur un LP très prochainement. Mais ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est son dernier EP, Egomodal. Un format court de 60 minutes c’est du rarement vu, surtout à l’époque où de nombreux albums peinent à dépasser la demi-heure. Max Cooper reste fidèle à Traum Schallplatten depuis quelques sorties et il a bien raison étant donné la qualité du label abritant notamment Dominik Eulberg, Fairmont ou encore Minilogue.

La techno de Max Cooper possède une identité singulière, à la croisée des chemins entre les productions trancey de Nathan Fake et la douce noirceur de Pantha Du Prince. Autrement dit, vous n’êtes jamais pris au dépourvu, tout est uniquement question de volupté. Pour aboutir à une telle sérénité, Max Cooper s’appuie principalement sur une nature omniprésente. Ainsi, le superbe Autumn Haze se mue en ondée tropicale luxuriante. S’appuyant sur une multitude de petites notes incessantes, il faut attendre sa montée infinie pour apercevoir le soleil. On retrouve cette même approche climatique sur un Raw orageux avec sa masse vrombissante et tremblante (mention spéciale pour le remix tout en tension de Marc Romboy). Et quand il ne convoque pas Zeus, Max Cooper s’en remet à Poséidon. Micron devient alors une enveloppante odyssée sous-marine, portée par le chant des baleines. A mesure que vous vous enfoncez dans les abysses, le morceau déploie son pouvoir d’attraction.

A côté de ces escapades bucoliques, figure l’étrange Simplexity, permettant de découvrir une nouvelle facette de l’anglais. Se composant d’un collage énigmatique au premier abord, le morceau prend sens progressivement avant de complètement vous anesthésier (là encore, mention spéciale pour le remix stellaire et implacable de Rone).

Vous aurez donc compris que Max Cooper est un amoureux de la nature et que son Egomodal EP s’adresse aux hippies venus danser pieds nus sur la plage. L’anglais n’en finit plus d’affirmer son potentiel, il ne lui reste plus qu’à convaincre définitivement avec un long format.

 

http://linetechno.net/wp-content/uploads/2012/04/Max-Cooper-Egomodal-EP-300x300.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Johann 26/04/2012 14:09

Bravo de consacrer une chronique à Max Cooper dans vos pages. Je le suis depuis quelques mois, et chacun de ses EP recèle quasiment toujours au moins un tuerie.

A noter également qu'à défaut de long format, de nombreux mixes et lives sont disponibles en téléchargement libre. Là-aussi la qualité est au rendez-vous.

Définitivement un artiste à suivre !

Laurent 25/04/2012 11:43

J'adore cet EP qui n'est pas loin d'être un vrai album ( avec des remix qui ne ressemblent pas à des copeaux ) et dont je n'aurais très probablement pas eu connaissance sans cette chronique fraîche
et précise ( comme ce dont elle parle ). Emu par Autumn Haze effectivement superbe.

Philippe 22/04/2012 04:16

Ce disque est absolument incroyable. Il m'a accroché dès les premières secondes pour me laisser reprendre mes esprits au dernier morceau. Il est très bien construit. Les sons sont envoûtants et
donnent envie de danser. Excellente critique, merci pour la suggestion.