Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 10:28

Sortie : 16 août 2010

Label : Ghostly International

Genre : Electro-pop

Note : 5,5/10

 

En 2007 sortait Asa Breed, sublime album d’électro-pop vaporeuse, de Matthew Dear. L’Américain n’en était pas à son coup d’essai, lui qui depuis le début des années 2000 propose un son électro froid entre funk déviant et pop désincarnée. Ne voulant pas rester bloquer sur ses acquis, il a depuis multiplié les projets (dont Audion) pour mieux se réinventer. Et voilà le Matthew qui nous revient avec Black City, annoncé ouvertement comme étant son album le plus sombre. Après tout, malgré la saison, pourquoi ne pas se prendre une dose de spleen ?

Black City n’arrivera pourtant jamais à égaler son prédécesseur. Ce nouvel album est loin d’être indigent mais il est bien trop léger pour se révéler indispensable. Le problème de Black City est qu’il vous passe entre les oreilles sans même que l’on s’en aperçoive. C’est tout de même con pour un album d’électro-pop qui se veut introspectif. Pourtant, les intentions sont bonnes et l’on prend du plaisir à se balancer tranquillement à l’écoute de Slowdance dont l’électro-pop est autant contemplative que désabusée. Le timbre de voix grave de Matthew a beau être réconfortant sur un More Surgery lancinant et inquiétant, le reste de l’album est trop propre et manque de saveur. L’influence de Brian Eno sur Gem, ambient porté par un piano dépressif, ne suffit pas à transporter l’auditeur, tout comme l’électro-pop sous perfusion indienne de Shortwave.

Il est pourtant difficile de rejeter totalement cet album car il possède une réelle cohérence, un son qui lui est propre, une atmosphère des petits matins blêmes poignante. Black City ne peut s’écouter que d’une traite, toute tentative d’isoler un morceau rend le projet caduque. Cet aspect "bloc soudé" rend ce quatrième essai de Matthew Dear attachant mais se révèle insuffisant sur la longueur. Au risque de se répéter, on reste loin de l’excellent précédent album de l’Américain, Asa Breed, et c’est fort regrettable.

 

http://betterpropaganda.com/images/artwork/Black_City-Matthew_Dear_480.jpg

 

par B2B

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

funky5 03/08/2010 18:23


Maintenant je suis entrain de l'écouter ici http://www.goutemesdisques.com/news/#c4905.
Alors je le trouve un peu court(durée),on le reconnait tout de suite tout en étant (sonnant) différent d'asa breed,d'une chanson à une autre j'ai PARFOIS l'impression de sauté du coq à l'âne.Mais
ça sonne toujours bien,il y a meme quelques "tubes".Verdict plutot favorable....plus j'écoute plus j'aime ça voix....attachant.
Profitez de l'écouter pour quelque temps à l'adresse en dessus.


(je sais pas pourquoi mais des fois je pense à SOUL COUCHING pas vous?)


funky5 09/07/2010 12:34


mince alors pourtant i can't feel sonnais bien,tu l'as écouté souvent le premier album j'aimais pas vraiment les premiéres écoutes....
Il y aura bientôt l'album de NICOLAS JAAR dans le même style pop funk electro.
Je vous conseille d'écouter aussi http://ecards.k7-de.com/k7/Circlesquare/ si c'est pas déjà fais


Chroniques électroniques 09/07/2010 18:25



Les premiers albums étaient très bien et c'est vrai qu'ils se sont bonifiés avec le temps. Pour ce nouvel opus, ça fait environ 1 mois que je l'écoute, je n'ai pas voulu faire de chronique
hative.


Mais attendons sa sortie, tu seras peut-être plus conquis que moi.


 


B2B.