Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 20:19

Sortie : 8 mars 2010
Label : Ad Noiseam


Le duo anglais Matta signe la première sortie de l’année de l'éminent label allemand Ad Noiseam. The Lost est leur premier maxi, et laisse présager le meilleur à ces deux jeunes britanniques.
D’une violence formidable, le dubstep de Matta réaffirme les filiations du genre avec la drum’n bass ou le breakcore. Les breaks explosent comme des rafales de mitraillettes synthétiques, donnant lieu à des décors de chaos industriel où les machines détiennent manifestement l’avantage. Comme décrivant les mouvements d’un implacable hachoir, des basses visqueuses s’entrechoquent dans des crissements à la limite du soutenable.
"You enjoy torture" assène une voix sur Inquisition part III, une affirmation pleine de lucidité. Mais le son de Matta, non content d’être redoutablement efficace, recèle d’indéniables qualités mélodiques. Si Inquisition Part III déchaîne des flots de breaks frénétiques et menaçants, le splendide Suicide Stutter commence par poser des couches mélodieuses, pour y laisser s’épanouir un beat ample et profond. Parfois celui-ci se tait, permettant aux nappes d'infiltrer l’air, puis reprend son rythme, tout en syncopes. Troisième pépite, l’immense Mass s’ouvre sur des arpèges de cordes un peu gypsy, et laisse s'élever le chant bohémien d’une femme, d’une beauté déconcertante. Avec une telle mélopée mêlée aux basses lourdes et à la scie du dubstep, le résultat était loin d’être certain, mais Mass se révèle rapidement imparable.

Les deux compères de Matta livrent ainsi un maxi ardent et d'une noirceur vicieuse. Et même si on évitera de tirer de grandes conclusions après un disque de trois titres - d'autant plus que les tonnerres de breaks peuvent s'avérer moins digestes en long format -, on gardera à l'avenir un oeil plus qu'attentif sur ces deux gars-là. 


 

 par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires