Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 19:33

Sortie : 9 novembre 2010

Label : Ad Noiseam

Genre : Dubstep

Note : 9/10

 

Dire que les frères Matta portent sur leurs frêles épaules le futur du dubstep bourrin, n'est presque pas exagéré. Voilà six mois que James et Andy ont sorti l'EP de la révélation, The Lost (chronique ici) chez Ad Noiseam. Un uppercut qui me scarifia les oreilles durant des semaines. La prestation au Maschinenfest (ici) du plus jeune des frères fut a la hauteur de leur potentiel, fracassante, adroite et bouillonnante. Une heure de live qui sembla durer dix minutes. Leur premier long format, Prototype, s'apparente davantage un retour anticipé sur leur passé qu'à un véritable album, dans la mesure ou il regroupe deux de leurs vinyles, un remix de Hecq et trois inédits. Il n'empêche qu'on lui accordera toute l'attention qu'il mérite.

 

Face a l'objet, on capte mieux la pertinence de ce condensé. Une fois enclenché, Prototype vous happe, et ne vous laisse respirer qu'une fois la dernière piste achevée. Tiré vers le fond, submergé d'eaux noirâtres et moirées, voici l'auditeur en première ligne d'un casse-pipe entre flots et métal, déchaînements impétueux et douceur factice. Une lutte incertaine, machines contre machines. Matta a développé comme signe de reconnaissance ces bribes de voix, inquiétantes ou narquoises, ainsi qu'une façon toujours retenue et mélodique d'introduire les morceaux, pour mieux vous les faire exploser à la gueule la seconde d'après. Ainsi, telles des torpilles fendant l'air, de complexes sinusoïdes fusent, puis éclatent, rencontrant de hauts murs de fonte, et rebondissent jusqu'à l'essoufflement.

Par ailleurs, Prototype laisse entrevoir parfois des visées plus hédonistes. Les tapageurs Monster et Release The Freq tabassent dur et vrillent le crane, mais plutôt d'une façon a vous coller un stupide sourire sur le visage. Alors que le remix du déjà phénoménal Sura de Hecq a des goût de croisades épiques et vengeresses, le judicieusement nommé Chaos Reigns accomplie ces noirs desseins et dévaste a coup de basses cataclysmiques les imprudents mortels qui subsisteraient sur sa route. Mais lorsque le décor n'est plus que poussière, les frangins savent se faire plus affables, et la seule réelle trace de douceur réside dans le sublime Suicide Stutter, dont la rythmique aquatique et la mélodie joliment pulsée n'ont rien perdu de délicatesse. Il est presque convenu de dire qu'aucun titre n'est a regretter au sein de cet album, et ce n'est sûrement pas le cas de l'éternel, immense et renversant Mass, qui ouvre les festivités (exceptionnelle vidéo ici).

 

Même si on sentait venir la claque, difficile de ne pas finir soufflé par tant de violence divinement maîtrisée, et de vagues ténébreuses et foudroyantes. Le dubstep de Matta est de ceux qui labourent les chairs, avec une minutie chirurgicale. S'y exposer vous assoit pendant un certain temps.

 

Matta_Prototype.jpg

par Manolito

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Barnabé 14/12/2011 17:15

J'ai osé rater ca en live à Lyon! Un album proprement parfait qui labourre les oreilles. Rien à dire.

Dougie 23/09/2011 20:48


@Gauthier : +1 ! Je partage totalement ton avis concernant cet album...et ce blog. Dans la blogosphère actuelle, C.E. fait figure de goute d'eau pure dans un océan de mer*%e. Grand merci à ses
auteurs, c'est un plaisir de vous lire, jours après jours.


Gauthier 20/11/2010 21:09


Cela doit faire quelques mois que je me promène de temps à autre sur votre site et aujourd'hui, 20 novembre après un belle journée pluvieuse typiquement belge, je découvre prototype de Mata… LA
claque… et je me dis qu'il est grand temps de prendre un peu de mon temps pour vous remercier… vous remercier pour vos chroniques à la ligne éditorial cinglante mais tellement juste, vous remercier
pour votre totale liberté de parole et votre totale indépendance, pour votre amour passionné de la musique ( et je peux imaginer aisément les heures passés sous décibels) que vous prenez le temps
de partager…
Merci pour tous les bons moments que vous avez eu l'occasion d'apporter à mes oreilles.

Un sincère grand bravo!

Gauthier


Chroniques électroniques 21/11/2010 11:35



Merci, sincèrement.



Morrison J. 20/11/2010 21:02


Moi je voudrais dire que généralement je suis quand même quelqu'un de cool et ouvert et généreux genre j'écoute même encore les Beatles sans soucis, mais la franchement j'ai un blem avec la
releases sus-nommée du genre sus-cité, parce que la quand même on dépasse les limites de la liberté d'expressions quand même un peu je trouve. C'est vraiment trop mauvais quoi.

Peace (désolé les gars mais franchement j'suis dégoûté par votre comportement).

Jim M.


Brigitte 20/11/2010 21:01


Moi je voudrais témoigner ici devant vous : je suis une mère de famille qui a donnée naissance a quatre beaux et fort gaillards mais le dernier depuis qu'il s'est mis a écouter du dubstep c'est
vraiment devenu invivable a la maison. J'en suis contrit. Bref, je déconseille très vigoureusement ce genre musical.

Brigitte X