Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 12:10

Sortie : 11 janvier 2010

Label : Fabric

Genre : Dubstep

Note : 5,5/10

 

Martyn fut l'un des producteurs dubstep les plus en vu en 2009, rapidement adoubé par la crème des DJ internationaux dont notre Laurent Garnier qui n’a pas cessé de tarir d’éloges sur le bonhomme. A l’origine d’un brillant album, Great Lengths (chroniqué ici), il a permis au dubstep de sortir de l’ombre, en optant pour un son bien plus limpide. La machine Fabric lui a donc logiquement commandé un mix.

 

On retrouve avec plaisir cette volonté de décloisonnement, ce besoin de faire entrer la lumière dans la cave. L’ouverture bien sentie sur l’electro-funk de Joy Fantastic d’Hudson Mohawke permet d’office une échappée vers l’univers de Prince. La première partie du mix semble être un polaroïd du Londres d’aujourd’hui. Entre fidget, kuduro, 2-step et autres sous-styles, le métissage des genres est garanti. Le tour de force de Martyn est de réussir à rendre cet ensemble digeste. Pour cela, il joue sur l’ambivalence permanente en se permettant de distiller une rythmique festive tout en imposant une ambiance lourde.

La parenthèse binaire offerte par un remix de Ben Klock amène ce Fabric 50 vers un dubstep de plus en plus éclairé. On peut cependant regretter un enchaînement bâclé entre des titres pas forcément fréquentables de Detachments et Cooly G. C’est quand Martyn plaque ses propres productions que le mix se révèle plus cohérent. Malheureusement, la dernière partie fait la part belle à une électronica vaguement expérimentale. On perd définitivement le fil sur le Slowjam d’Actress et le Mercury’s Rainbow de Zomby. Martyn a beau clôturer son mix sur un morceau de Dorian Concept, on est définitivement parti voir ailleurs.

 

A trop vouloir en mettre plein la vue, le producteur fini par s’égarer. Malgré une introduction prometteuse, un décloisonnement des styles salvateur, rien n’y fait. A l’image de la pochette, Martyn pensait pouvoir maintenir l’auditeur dans sa paume mais on finit surtout par dangereusement tituber.

http://neonmusic.pararadio.hu/nuke/catalog/images/fabric50.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires