Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 01:22

Sortie : janvier 2012

Label : Tench

Genre : Drone, Ambient, Abstract, Experimental

Note : 8,5/10

 

Il y a encore peu de temps, Marcus Fischer était simplement connu par les quelques érudits qui parcouraient son blog : Dust Breeding. Puis il y eut la rencontre avec Taylor Deupree et son label 12k. Si ses deux albums publiés sur la crémerie abstraite de Brooklyn, Monocoastal et In A Place Of Such Graceful Shapes (en collaboration avec Deupree) sont souvent cités comme des albums d'exception, son Arctic/Antarctic vaut également plus que le détour. Le Collected Dust dont il est aujourd'hui question, offre des versions différentes et re-travaillées  à des titre déjà existants sélectionnées par M. Ostermeier, artiste et chef du label Tench. Comme si cela ne suffisait pas, le mastering de l'oeuvre a été fait chez 12k.

 

On savait Marcus Fischer orfèvre de la texture polaire. Mais son véritable tour de force prend son essence dans sa capacité à donner à sa musique froide et minimaliste, des compétences de couverture laineuse épaisse. Il émancipe les drones de leurs chaînes hermétiques, leur offrant une errance libre sur une banquise mélodique ponctuée de fields recordings aussi subtils que les guitares acoustiques sont discrètes et graciles. Collected Dust est conçu sur un équilibre fragile, et offre des émotions pures.

L'amplitude entre les fréquences basses et les aigus est troublante. Mais ce grand écart sublime l'aspect pénétrant et contribue à l'immersion totale. Des lignes droites et infinies semblent se former dans la poudreuse immaculée (Nearly There), traçant le chemin vers un point de chaleur revigorant. Un oued perdu sur les fjords (Cold Days). Des sommets de volupté sont atteints sur la fresque pleine de paix durable Halfway To Six tandis qu'un vent frais et sucré envahit les immensités gelées de Span. Un semblant de phénomène de fonte semble s'entamer. Le jour et sa lumière blanche incandescente apparaissant par la suite sur Wires On Carpet et Sixteen Shapes, ne sauraient rompre cette étrange sensation de sainte plénitude et de symbiose avec un paysage qui reste à deviner. L'effort est à porter de main, et l'album en vaut bien la chandelle.

 

Collected Dust est avec Ballads Of The Research Department de The Boats (ici) l'oeuvre abstraite de ce froid début d'année. Car telle une succession de captures instantanées dans le grand nord, traversant la nuit et l'aurore, Marcus Fischer se joue des contrastes et ravive les lueurs de l'ambient polaire. Un coup de sirocco à destination des coeurs transis.

 

http://i1.sndcdn.com/artworks-000017078870-jke127-crop.jpg?f7e4ff2

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rabbit 19/02/2012 11:30

Héhé, tu m'as grillé de quelques heures cette fois...