Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 09:29

Sortie : 22 octobre 2010

Label : M_nus Records

Genre : Techno minimale

Note : 6/10

 

M_nus tourne quelque peu en rond ces derniers temps. A croire que la techno mentale mise en avant par le boss du label, Richie Hawtin, a du mal à se renouveler. Dernier exemple en date, l’album de Marc Houle, exercice manquant singulièrement de personnalité (chroniqué ici). Mais M_nus ne s’est jamais laissé abattre et mise désormais sur son joker féminin, Magda.

La Polonaise Magdalena Chojnacka écume les clubs depuis de nombreuses années et je dois bien avouer que j’ai toujours été séduit par ses sets de tech-house minimale flirtant avec une certaine idée de la décadence. Il faut dire que la jolie Magda a fait ses gammes du côté de Detroit et qu’un tel pedigree géographique n’a pu que l’influencer positivement.

 

Après son récent mix, d’excellente facture, pour la série Fabric, Magda sort son premier album, From The Fallen Page. Le résultat est un album de tech-house minimale plutôt réussi malgré une certaine redondance. From The Fallen Page semble se concentrer uniquement sur une bassline collante, bouffant progressivement l’atmosphère pour mieux le moduler. Le groove est moite sans jamais tomber dans le crade. Parler de sensibilité féminine serait ici réducteur.

Une chose est sure, Magda sait comment installer une ambiance chancelante, à la limite du vicieux. Le morceau d’ouverture, Get Down Goblin, impose un son métallique et froid tout en jouant la finesse. A l’instar des artistes de M_nus (JPLS en tête), Magda joue avec les courants d’air. Il en ressort une complexe dualité où les vents glacials se disputent avec la moiteur de la basse. Finalement, c’est le côté druggy de l’ensemble qui l’emporte progressivement. Petit à petit, on se laisse prendre par ce son si particulier, évitant avec justesse le rentre-dedans inutile. Tout est fait pour maintenir la pression avec une précision chirurgicale. La tech-house de Magda est clinique et c’est aussi les limites de l'album. La lancinance est inévitable lorsqu’elle décide de trop étirer certains morceaux comme ce Japan avec son ambiance Megadrive désuète.

C’est lorsqu’elle se concentre sur la texture de chaque son que Magda est la plus captivante. L’aspect liquide d’Entertainment permet de rendre palpable le morceau avant que la moindre sonorité ne finisse par s’étaler dans le temps. Et c’est en allant à l’essentiel qu’elle prouve sa capacité à pouvoir exploser un dancefloor comme avec le purement mental Doom Disco.

 

From The Fallen Page est un étrange album de tech-house mental. Magda livre ici un LP totalement maitrisé, possédant une réelle identité, mais parfois tellement clinique qu’il en devient flippant.

 

http://www.nugen.fm/assets/images/news/2010/09/magda-from-the-fallen-page.jpg

par B2B

 

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires