Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 08:55

Sortie : octobre 2011

Label : Mute

Genre : Electro-pop shoegaze, electronica aérienne

Note : 4/10

 

J’ai longtemps eu un faible pour M83. Les deux premiers albums du groupe, M83 et Dead Cities, Red Seas & Lost Ghosts (sur le regretté label Gooom), m’ont durablement accompagné au début des 00’s. Aujourd’hui encore, je reste persuadé que ces albums sont des œuvres sous-estimées. Le mélange entre électronica aérienne, techno sous-marine et envolées shoegaze était alors intelligemment mené. Puis l’un des membres fondateurs du groupe s’en est allé laissant l’antibois Antony Gonzalez seul aux commandes du navire. Le virage pop prit par le groupe ne m’a alors pas convaincu. C’est pourtant à ce moment là que M83 a pris son envol à l’étranger, notamment aux Etats-Unis où il jouit d’une importante notoriété. Depuis quelques années, je ne suis que passivement l’actualité du groupe, écoutant cependant chaque sortie, arrivant à y puiser parfois, l’espace d’un instant, ce plaisir passé. La sortie d’Hurry Up, We’re Dreaming, m’apparaît désormais comme une simple formalité.

 

M83 a toujours proposé une musique « adolescente ». Entendons par là qu’il s’agit essentiellement d’une musique sentimentale, jouant sur un trop plein d’émotions. Tel l’éloge d’une adolescence fantasmée, Hurry Up, We’re Dreaming ne déroge pas à la règle avec ses ballades électro-pop 80’s tantôt ascensionnelles (Intro, Midnight,Wait), tantôt mièvres (la quasi intégralité des 22 morceaux). On reprochera d’ailleurs au disque sa longueur. Bref, redevenir adolescent oui mais pas le temps d’un double album, d’autant plus quand le second disque se révèle être une purge à côté d’un premier déjà grandiloquent mais néanmoins fréquentable. De même, les ouvertures électro-rock (Reunion, This Bright Flash) sont franchement ridicules avec ce mauvais goût crânement affiché. Ajoutons à cela de nombreux morceaux superflus qui laissent à penser qu’il aurait été plus judicieux de se concentrer sur un simple LP. Mais la question de savoir s’il s’agit d’un « bon » disque peut sporadiquement s’effacer si l’on accepte de se laisser prendre au jeu des montagnes russes émotionnelles.

Hurry Up, We’re Dreaming est avant tout un disque contextuel. Le type même de skeud qu’on s’écoute à la fin des grandes vacances au moment clé de l’empilement de souvenirs, la musique venant s’immiscer dans notre cerveau pour mieux nous faire revivre les souvenirs passés.

M83 c’est de l’électro mignonne et un peu conne. Mais parfois, ça fait du bien de se laisser ainsi balader. C’est absolument inoffensif car quand on est ado, on se fout du monde qui nous entoure. Hurry Up, We’re Dreaming c’est un refus de grandir, une volonté de rester dans sa bulle. On comprend mieux le succès du groupe aux Etats-Unis. Ces grands gamins s’y retrouvent dans ces ballades électroniques progressives et ont ainsi l’impression d’être lâché dans l’univers de Dawson. Et c’est bien là les effroyables limites de M83, la mièvrerie finissant inéluctablement par l’emporter passé le cap des 5 minutes. Alors quand on sait que le tout correspond à deux épisodes de Dawson, le côté émotif s’efface très vite, laissant place à l’agacement.

 

Hurry Up, We’re Dreaming est dans la droite lignée des récents albums de M83, groupe qui poursuit inlassablement sa quête de l’adolescence éternelle. Cet album arrive ainsi à convaincre le temps d’un morceau, pris au hasard. Prolonger l’exercice est quasiment impossible pour tout esprit adulte. Totalement acquis à la cause d’une électro-pop gluante, on ne peut s’empêcher de préférer le rire aux larmes. 

 

http://musikplease.com/wp-content/uploads/2011/08/M83.jpeg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Damien 24/10/2011 19:23


Le niveau de purée de guimauve monte a chaque nouvel album... On est proche de la noyade là. :/

J'ai adoré par le passé, ils restent assez bon live d'après le peu que j'ai pu voir... Mais cet album, quel ennui, 2 écoutes et hop j'ai calé l'affaire, pas la peine d'aller plus loin.


Man Path 23/10/2011 21:16


Bon alors je réagis rarement aux chroniques, mais je tenais a apporter mon soutien au "tavernier", après lecture des réactions parfois assez violents. Donc en un mot plutot qu'en cent : mauvais, ce
dernier album de M83 est effectivement nullissime. J'ai pourtant apprécié, et apprécie toujours les superbes "M83", "Dead cities" et "America". Mais là, c'est le bide total.


mr patate 20/10/2011 19:33


ben je valide, perso, ce disque est vraiment trop barbabapapa pour moi aussi, et je regrette vraiment le M83 des débuts (réécoutez par exemple "america", c'est 10000 fois mieux que n'importe quel
morceau de cet album).
Après, tout n'est pas à jeter bien sûr, comme pour le précédent y a quelques bons moments (heureusement), mais le "groupe" prend une voie que je ne suivrait pas avec lui, alors bonne vie M83, et
adieu :)


Pierre 19/10/2011 19:22


Rien à voir avec cette critique précisément, mais le premier commentaire m'évoque ceci : effectivement ce site n'offre que des critiques subjectives et c'est ce qui fait tout son intérêt. Il est
extrêmement rare d'y lire une "critique musicale" à proprement parler. Il faut aller autre part pour cela. (On pourra croire que je ne fais que paraphraser la réponse de l'auteur, en vérité oui,
seule la différence de point de vue justifie ce commentaire).


bob 19/10/2011 17:36


Je ne compare pas Tim Hecker a M83, loin de la, j'estime juste qu'un peu de simplicité et d'innocence sont très appréciables de temps à autre