Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 14:55

Sortie : 12 juillet 2010

Label : XL

Genre : Ragga electronique

Note : 1/10

 

Non, non, ne faites pas de jugement hâtif. Ce n'est pas parce que l'on va parler du nouvel album de M.I.A. que l'on va forcément le défoncer. La petite Sri-Lankaise n'est pas une artiste indigne, ses deux premiers albums étaient loin d'être mauvais et le single Paper Planes reste un excellent morceau (pour une fois que Diplo ne fait pas de la merde). Ce qui est emmerdant avec M.I.A. c'est de constater à quel point les journalistes se sentent obligés de justifier sa musique par le biais de la politique et de son engagement. Ce n'est pas parce que la miss est Sri-Lankaise et défend les Tigres tamouls que l'on peut tout lui pardonner. Le résultat est sans appel, dès que M.I.A. sort un album, il y a comme un refus de la presse d'en dire du mal parce que vous comprenez, la pauvre, elle n'a pas un pedigree facile.

En même temps, elle ne fait rien pour arranger les choses. Une journaliste ricaine en a fait les frais récemment car ayant eu l'audace de "cracher" sur M.I.A. dans un article du NY Times, cette dernière s'est empressé, telle une ado merdeuse, de twitter le numéro de tél perso de la journaliste pour se venger. Comme pour mieux se racheter, Mathangi "Maya" Arulpragasam sort son troisième album en l'intitulant humblement /\/\ /\ Y /\.

Le principal souci de ce nouvel opus est sa roublardise. Elle aurait mieux fait de se limiter à un EP en sortant uniquement les 4 premiers titres plutôt respectables. L'ambiance guérilla acide de Teqkilla, le single efficace XXXO et les samples indus de Steppin Up semblent promettre un album puissant. Mais cela n'est que poudre aux yeux. S'en suit 12 titres sans intérêt oscillant entre bouse exotique inécoutable, It Takes A Muscle, et tentative de métal-techno à peine taillé pour une skin-party, Meds & Feds. M.I.A. arrive même à saccager Suicide et son Ghost Rider sur un Born Free détestable (mais pas autant que son clip de Romain Gavras, faisant partie de l'équipée "provoc-en-toc" de Kourtrajmé).

Pourtant, la production de /\/\ /\ Y /\ ne déconne pas malgré le fait que ce soit loin d'être des artisans du sons derrières les machines puisqu'on retrouve Diplo, Switch ou encore Rusko. Le côté faussement D.I.Y. de l'ensemble est loin d'être repoussant. On ne peut pas en dire autant de la pochette qui risque sûrement de remporter la palme de pire cover de l'année. Le problème de cet album est son manque de pertinence, cette approche complètement disloquée de la musique. On a du mal à écouter l'album d'une traite tant il manque de cohérence. C'est regrettable de la part d'une telle artiste qui jusqu'à maintenant nous avait habitué à bien mieux.

/\/\ /\ Y /\ ne fera pas date dans la discographie de la Sri-Lankaise. A trop vouloir en faire, M.I.A. nous fait frôler l'indigestion.

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/2/7/0634904049720.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

m 23/12/2011 21:50

Totalement d'accord, c'est le premier blog dont je partage l'avis sur M.I.A.
Autant il y a toujours des trucs à sauver sur ses précédents albums, autant celui-ci est une insulte à la musique. Et à toujours vouloir faire la maline en vantant les actions de son père elle le
décrédibilise

Clif 19/07/2010 13:20


Pour information, l'interview de M.I.A. par la journaliste de NY Times avait été "truqué": elle a tourné les citations de façon à ce que ça paraisse négatif. Elle en a même mis un audio dans son
site. Mais c'est sûr, la réaction était exagérée.
Et personnellement, j'ai trouvé l'album vraiment digne de sa discographie; mais c'est sûr, pas aussi extraordinaire que "Arular" et "Kala". La plus grande artiste depuis 2005, à n'en pas douter.


YyrkoOn 18/07/2010 20:04


Ouais, si tu veux, de toute facon on est pas la pour parler des Kourtrajmés (mais je le fais quand même ^^), Ce qui me gene c'est de juger un mec sur ce que font ses potes. Si on pousse le bouchon
un peu loin, on peut se retrouver a reprocher aux !!! de faire une musique compliqué et difficile d'acces car ils sont sur le même label qu'Autechre.

Perso je trouve cette vidéo plus inspiré par "Punishment Park" de Peter Watkins (toute proportions gardées, ca reste un clip pas un chef d'oeuvre du cinéma) que par "Dog Pound" de Kim Chapiron.
Pour moi "Stress" etait une reference directe au "c'est arrivé pret de chez vous" de poelvoorde et je vois pas de violence complaisante la dedans (du moins pas plus que dans ses references). Ce qui
me marque surtout, c'est que violence ou pas, ce mec a reussis a trouver une identitée visuelle tres forte qui fait que des qu'il sort quelques chose on se dit tiens c'est Romain Gavras et on peut
pas dire ca de beaucoup de real (qui en france ? Noé, Kounen, et ensuite ?). Quand a Chapiron, il est tres tres loin de se niveau ...

Finalement je trouve qu'il y a plus a en dire que sur ce "petit" disque de M.I.A ...


YyrkoOn 17/07/2010 20:19


HS/on : c'est Kim Chapiron qui realise les longs metrages moisis (dont Dog Pound), Gavras lui realise des clips et a ma connaissance son seul long metrage et le vrai/faux doc sur la tournée de
Justice aux states. HS/off.


Chroniques électroniques 18/07/2010 10:56



Je sais bien que c'est Chapiron qui a réalisé Dog Pound (quelle erreur que d'être aller voir ce film). Je faisais juste le rapprochement entre Dog Pound et le clip de Born Free car Chapiron et
Gavras font partie de la sphère Kourtrajmé et qu'on y retrouve cette même complaisance dans la façon de filmer la violence.



YyrkoOn 17/07/2010 00:34


Je l'ais trouvé hilarent le clip de Born Free et son dézinguage de rouquins moi, provoc en toc peut etre, mais il s'agit juste d'un clip, c'est du divertissement pas une conference
politico-sociale. A une époque ou tout est innodore et innofensif je prefere une blague de potache avec du sens (et qui finalement fait parler pas mal de monde) qu'un parti prit promotionnel
esthétique tout vide (comme 99% des clips). Sinons, je trouve que cet album chasse beaucoup trop sur les terres d'Uffie pour etre honnete et j'arrive pas a sauver autant de morceau que toi. On est
d'accord sur Teqkilla, j'ais envie d'ajouter Internet Connection qui est plutot drole et Born Free ou elle s'en sort pas si mal dans un registre qui n'est pas le siens, mais rien de vraiment
bandant ...


Chroniques électroniques 17/07/2010 10:29



Pour le clip de Born Free, c'est surtout que j'ai du mal avec toute la clique Kourtrajmé. Certes les gaziers sont plutôt doué pour l'aspect visuels mais pour le reste, c'est à gerber. Je pense
notamment au dernier film en date, Dog Pound, qui est une belle merde. Et si je gueule après Gavras, c'est davantage pour l'ensemble de son "oeuvre" que pour Born Free.


Et j'ai pas mal penser à Uffie aussi à l'écoute de Maya mais je me abstenu d'en parler. Je préfère ignorer cette sous-sous-musique d'EdBanger que faire le rapprochement.


 


B2B.