Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:53

Sortie : juin 2010

Label : Ant-Zen

 

Les inspirés habitués du label Ad Noiseam connaissent sans doute mieux (prononcer Squaremeter) sous son avatar Panacea. C'est depuis la fin des années 1990 que l'Allemand Mathis Mootz se livre à ses triturations électroniques. On le connaissait officiant dans les breaks ciselés, la drum'n bass bien énervée et l'indus. Heliogabal est un album orienté purement vers le dark-ambient. Ce genre, profond et faussement minimaliste, ne compte que bien trop peu d'adeptes. Je dois admettre que je ne m'y immerge moi-même que trop peu souvent, en me contentant de puiser dans les sorties de labels tels que Type Records ou le présent Ant-Zen pour façonner un peu plus ma connaissance de cette face sombre et abyssale des musiques électroniques expérimentales.

 

Heliogabal est un disque où le silence joue autant son rôle que les atmosphères. Plongé dans un dédale où se croisent des créatures hybrides venues de sombres mythologies, l'auditeur se retrouve dans un univers terrifiant. Les drones et les sonorités post-industrielles sont légion, en parallèle à la totale absence mélodique. Celui qui voudra écouter ce disque à l'aide d'un autoradio aura l'impression de n'entendre que des dialogues entre radiateurs à l'agonie. Il est donc important de posséder un matériel d'écoute digne de ce nom pour en saisir toute la subtilité. Tout cela sent bon les rituels de sacrifice, le paganisme médiéval et les coiffes en capuchon. Difficile d'accès pour les néophytes mais génial pour ceux qui s'aventurent régulièrement dans ce genre de musique, Heliogabal est un disque aussi exigeant que le public auquel il est destiné. Maléfiquement introspectif, il n'est pas recommandé de l'écouter sous substances hallucinogènes. Les trésors de profondeur et de beauté sombre et abstraite que sont Reigns, The Sacred Shrine, Deus Sol Invictus, Whores Somke and Shadows ou le terrible diptyque Heliogabal méritent toute l'attention d'un auditoire plus qu'averti.

 

En invitant M² à plonger dans les méandres les plus sombres de son âme, La maison Ant-Zen a encore fait preuve de la plus grande inspiration pour livrer ici un énième essai à la mesure des compositions électroniques intelligentes et avant-gardistes.

http://www.ant-zen.com/graph/ant-zen-act248-x3.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires