Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 17:55

Sortie : septembre 2011

Label : Moodmusic

Genre : House kraftwerkienne

Note : 7,5/10

 

Mais que ne sait pas faire Sasu Ripatti, alias Vladislav Delay, aka plein de trucs ? De l’ambient-glitch ultra-sophistiqué (cf. son travail solo ou avec sa femme, aka AGF, une autre tarée du même style) à la techno la plus raide et cheapy (Sistol ou Uusitalo), des drones les plus effrayants (cf. son Quartet, ici) à la dub-tech la plus réussie (cf. Moritz von Oswald Trio, ici), le type est partout, réussit à peu près tout, ce qui, conjugué à un hyper-activisme, le rend absolument omniprésent dans la sphère électronique depuis plus de dix ans. Aujourd’hui, on se penche sur son projet house, mis en jachère depuis 2008, le bien connu Luomo.

 

Projet house. Lorsqu’on est habitué à l’aridité globale du travail de Mr Delay, on pourrait être en droit de se poser des questions. Ce serait oublier les albums Vocal City et Paper Tigers qui, sans révolutionner la face de la house-music, avaient bénéficié d’un accueil plus que chaleureux en proposant une house accueillante et agréable, mais extrêmement froide et robotique (ce qui est, évidemment, un paradoxe). Sans changer sa démarche de fond, cet album Plus porte parfaitement son nom, puisque tout y est effectivement un cran au-dessus, qualitativement, que dans ses précédents LP.

Ce qui frappe d’abord, c’est ce côté quasi kraftwerkien qui rythme tout l’album d’un bout à l’autre. Les boucles de Twist, le premier morceau, l’entrée en matière du premier kick, sa ligne de chant typique d’une certaine région de la Belgique dans les années 80, bien connue pour son EBM, ces petites mélodies électroniques naïves, ce Luomo nouveau se pose donc comme un hommage ou retour aux sources des premières scènes électroniques européennes. Très dansants, et parfois même un peu trop en rapport à la dose de vulgarité nécessaire pour y parvenir, les neufs morceaux du disque reproduisent tous ce schéma du robotisme funky coincé dans un ascenseur, rendu célèbre à l’occasion d’une citation fameuse d’un un certain pionnier de la première scène Detroit.

Une sorte de mélancolie naturelle émane donc de l’ensemble du disque, un aspect rétro avec larme à l’œil en option, vers une représentation déjà passée du futur. Ceux qui ont trippé dans leurs jeunes années sur le Trans-Europe Express ou le Autobahn comprendront de quoi je parle – cet autoroute de ville-monde, ce bitume gris des banlieues tristes, cette absence de nature, de forêts, de campagnes, cette lente monotonie du voyage moderne, le bercement des rails du train ou le défilement hypnotique des bandes blanches de l’autoroute. Parfois pourtant, le ton se durcit, les kicks se rythment avec plus de groove, c’est la pause-essence-cigarette, l’escale rapide pour se dégourdir les jambes, regarder des cartes postales Belle-époque les yeux vides, et acheter un paquet de Chamallow dûment mérité.

 

J’apprécierai pour ma part toujours plus le travail ambient-glitch de Mr Delay, c’est sans doute ma pente qui m’y oblige. D’ailleurs sa prochaine livraison arrive sous peu. Mais ce Luomo vaut clairement le détour, du moins pour ceux qui ont eu la (mal)chance de rêver sur ces sons vintages des années 80. Meilleur sans doute que ces précédents LP sous ce pseudonyme, ce Plus déclenchera sans aucun doute un grand nombre de sourires. Et c’est déjà ça.

 

http://www.israbox.com/uploads/posts/2011-10/thumbs/1317763498_cs1829449-02a-big.jpg

par Pingouin Anonyme

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires